"Avons-nous le droit de détruire ces vies?" : le vibrant appel d'un médecin d'Ehpad | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Avons-nous le droit de détruire ces vies?" : le vibrant appel d'un médecin d'Ehpad

Inquiet pour ses patients, désespérés par le maintien des visites surveillées et du confinement, un médecin coordonnateur d’un Ehpad de Bourg-en-Bresse a décidé d’adresser une lettre ouverte à Olivier Véran.  

Face à la détresse de ses patients en Ephad, qui vivent de plus en plus mal le confinement “forcé”, un médecin coordinateur de Bourg-en-Bresse a décidé d’écrire une lettre ouverte au ministre de la Santé. “Oubliés jeudi dernier, menés en bateau lundi par des annonces suffisamment floues pour tromper à la fois les résidents d’Ehpad, leurs familles, et les soignants, puisque les directives officielles gouvernementales reçues depuis montrent que finalement, les procédures de visites ne changent quasiment pas, j'en appelle aujourd'hui à nos représentants à l'Assemblée Nationale, Monsieur Xavier Breton au Sénat, Monsieur Rachel Mazuir et au Ministère des Solidarités et de la Santé, Monsieur Olivier Véran”, écrit-il en introduction.  

Dans un long texte publié sur les réseaux sociaux, le médecin explique avoir établi une grille d’évaluation depuis six semaines portant sur “les signes annonciateurs de syndrome de glissement”. “Nous suivons l’évolution de chacun d’entre eux, sur les critères physiques, cognitifs, et psychologiques de ce syndrome. L’évaluation est faite toutes les deux semaines. Et comme redouté, nous constatons les effets délétères du confinement”, analyse-t-il.  

En colère, il interpelle le ministre en l’interrogeant : “Avons-nous le droit, sous prétexte de protéger la communauté, de détruire ces vies en les privant de toute raison de vivre ? Comment expliquer aux résidents et aux familles que ‘dehors’ on peut se réunir autour d’une table sur une terrasse de café, et qu’en Ehpad, les visites soient limitées et réglementées à ce point ?”

Le Dr Philippe Mahier demande donc un assouplissement des conditions du déconfinement et des visites des familles. “Il y a urgence, et veuillez croire que le mot n’est pas trop fort. Allez-vous laisser partir ceux qui sont nos racines, qui ont combattu pour notre liberté, qui ont construit notre beau pays, sans les laisser revoir leurs enfants ?” conclut-il à la fin de son long message.  

[avec France 3

13 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…