"Un motif par rendez-vous" : dérive ou survie du généraliste ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Un motif par rendez-vous" : dérive ou survie du généraliste ?

Dans ce cabinet médical de l'Orne, la règle est affichée sur la porte et applicable à tous les patients : "un motif par rendez-vous". Une pratique qui a valu à ce généraliste des critiques dans la presse… et une avalanche de commentaires sur Egora. Si certains fustigent le manque d'écoute et d'empathie de leur confrère, voire une attitude risquée, nombre d'entre eux le soutiennent dans cette démarche d'éducation du patient. Consumérisme de la société, perte de respect pour le médecin, problème de temps médical ou de rémunération… Loin d'être anecdotique, cette histoire interroge votre pratique.

 

"Un motif par rendez-vous" : vous en rêviez ? Ce généraliste l'a fait ! Mais peut-on vraiment scinder une consultation au point de traiter chaque symptôme séparément ? Est-ce contraire à l'exercice d'une bonne médecine ou à l'inverse, nécessaire à l'amélioration de la qualité des soins ? Comment gérer ce patient qui vient tous les deux ans avec sa liste de problèmes ? Est-il responsable ou bien victime d'un système où le médecin est rare sans être cher? Faut-il réglementer la durée de la consultation, comme en Suisse ? Autant de questions soulevées par le cas de cette patiente cancéreuse qui a dénoncé l'attitude de son médecin traitant dans la presse après avoir été rationnée par ce dernier lors d'une consultation.

Vous avez été nombreux à réagir, approuvant ou non l'attitude de votre confère, mais aussi et surtout vous interrogeant sur la pratique de la médecine générale et son évolution. Voici une sélection de vos commentaires.

 


"Si le respect ne vient pas du patient, au médecin de l'imposer"

Par David_B_10 

"Absolument d'accord... Stop en une consultation à 25 euros de faire : consultation, examen clinique, renouvellement d'ordonnance, lecture de la prise de sang, prescription d'une prochaine, lettres au dermato, au gastro, établissement d'un certificat médical pour la pétanque, cotorep, vaccin contre la grippe (c'était avant) etc. Tout cela pour un pauvre médecin, sans secrétariat, avec salle d'attente comble, patients qui s'énervent car on va laisser passer devant eux une femme enceinte, une "urgence" médicale (gastro par exemple), un porteur de carte handicapé, etc.

Si le respect ne vient pas du patient, c'est à dire être rapide et concis, au médecin de l'imposer et que le patient qui n'a que cela à faire, en effet, vienne plus régulièrement, plutôt que deux fois par an, avec dix demandes : stop à cette médecine éminemment ridicule (je ne parle pas des tarifs à 50, 75 ou 150€ ailleurs, dans d'autres pays...), je demande juste le respect ! Et que le patient cesse de faire l'étonné, de lever les yeux au ciel ! Vous avez vu jusque-là qu'il n'est pas question de gagner de l'argent sur le dos du patient ou de la Sécu, mais de gérer le rapport temps médical, nombre de patients, désertification médicale... pour le respect du médecin, puisque visiblement personne ne pense à lui !"

 


"Expliquer au patient avec tact qu'on ne pourra pas tout faire en une complication"

Par Anne_Y

"On entend tous ça, on vit tous ça... alors que les patients regroupent leurs motifs de consultation 'pour ne pas déranger le docteur trop souvent', ce qui ne part pas forcément d'une mauvaise intention!

Faire énoncer les motifs de consultation, les hiérarchiser, expliquer avec tact qu'on ne pourra pas tout faire en une consultation, demander ce qui aux yeux du patient est le plus urgent à régler (plus le/les symptôme physiques que la paperasse), et proposer un autre RV pour le formulaire MDPH, ou le frottis à refaire, la contraception à expliquer... les patients comprennent et ça passe très bien!

(…)

Exemple: hier après-midi, vu une patiente pas revue depuis deux ans. Frottis à refaire plus tendinopathie de l'épaule hyperalgique, et invalidante. Examen et testings de l'épaule (Jobe, Hawkins, Patte...), prescription imagerie car suspicion ++ calcification tendon coiffe, prescription AINS, et kiné. Je la revois dans 10 jours avec les radios et pour le frottis."

 


"Les patients nous consomment"

Par Pelicano

"Soutien total à ce confrère, il est sur le bon chemin. Je dis cela sans aucune agressivité envers la patiente, mais il faut ré-éduquer...

38 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…