Face au danger d’une 5e vague, l’Académie de médecine appelle le Gouvernement à ne pas "outrepasser" le pass sanitaire | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Face au danger d’une 5e vague, l’Académie de médecine appelle le Gouvernement à ne pas "outrepasser" le pass sanitaire

Alors que le Gouvernement envisage de conditionner le pass sanitaire pour les plus de 65 ans à l’administration d’une dose de rappel, et de permettre aux chefs d’établissements scolaires de connaître le statut vaccinal des élèves pour faire face à une éventuelle 5e vague, l’Académie de médecine tire la sonnette d’alarme. Selon l’institution, les efforts doivent surtout être orientés vers les non vaccinés.
 

Le Gouvernement fait fausse route, estime l’Académie de médecine dans un communiqué diffusé ce jeudi 28 octobre. Alors que la saison hivernale approche à grands pas et que le nombre de cas de Covid-19 repart à la hausse (plus de 6.000 cas par jour), l’exécutif envisage en effet de prendre, entre autres, deux mesures - controversées - pour éviter à tout prix une cinquième vague épidémique.

La première est le conditionnement de la validité du pass sanitaire à l’administration d’une dose de rappel pour les plus de 65 ans et les personnes atteintes de comorbidités. La seconde est de permettre aux chefs d'établissements scolaires de connaître le statut vaccinal anti-Covid des élèves afin de lutter contre la propagation du virus dans les classes.

Si les députés ont donné leur feu vert à cette levée du secret médical dans les écoles, collèges et lycées, le 21 octobre, les sénateurs ont refusé ce jeudi 28 octobre de l’approuver. “La protection du secret médical doit rester l’un de nos principes essentiels”, a indiqué le sénateur LR Bruno Retailleau sur Twitter, alors que la mesure a provoqué de vives réactions de la part des chefs d’établissements et des parents.

 

Un avis que partage l’Académie, selon qui “un tel contrôle par l’administration scolaire ne pourrait être admis que si la vaccination avait un caractère obligatoire, ce qui n’est pas encore le cas”. Elle considère qu’il sera “légitime” que les directeurs d’établissements aient assez à cette information seulement lorsque la vaccination contre le Covid “sera obligatoire” pour les élèves de 12 ans et plus.

Concernant l’éventuelle suspension de la validité du pass pour les plus de 65 ans et les personnes atteintes de comorbidités qui n’auraient pas reçu leur dose de rappel, les Sages craignent que la mesure induise “quelque incertitude sur l’efficacité de la vaccination” et “suscite une discrimination injustifiée à l’égard des personnes les plus vulnérables qui ont déjà accepté de recevoir les deux premières doses”.

“Le bien-fondé d’un rappel vaccinal après un intervalle de 6 mois est justifié par la diminution progressive de l’immunité post-vaccinale des personnes risquant de faire une forme de Covid-19 nécessitant l’hospitalisation. Mais faut-il user de la contrainte...

13 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…