Levée du secret médical en cas de violences conjugales : c'est voté

23/07/2020 Par Sandy Bonin
Déontologie
La levée du secret médical dans le cadre de violences faites aux femmes, déjà votée par l'Assemblée, a été adoptée définitivement mardi après un vote au Sénat, dans le cadre de la proposition de loi destinée à mieux protéger les victimes de violences conjugales. Il y aura donc désormais une nouvelle exception au secret médical en cas de "danger immédiat".

  Ce texte est la mesure la plus controversée de la proposition de loi portée par les députés LREM Bérangère Couillard et Guillaume Gouffier-Cha. Dans son article 8, il autorise un médecin - ou tout autre professionnel de santé - à déroger au secret professionnel à deux conditions : s'il "estime en conscience" que les violences constatées sur son ou sa patient(e) constituent un "danger vital imminent" et s'il juge qu'il y a situation d'emprise. Les médecins étaient déjà autorisés à lever le secret médical en cas de violence sur enfant et sur personne vulnérable, mais cette notion de "vulnérabilité", trop floue chez une personne majeure, prêtait à confusion. Ce nouveau texte stipule toutefois qu'il n'y aura pas d'obligation. Les médecins devront apprécier la notion de "danger vital imminent" et seul le procureur sera destinataire du signalement.

Après des semaines de débats houleux, le Conseil national de l'ordre des médecins avait fini par approuver le texte, en décembre, à condition notamment que la levée du secret médical ne soit pas une obligation. Ils ont donc été entendus. Le praticien devra "s'efforcer d'obtenir l'accord de la victime". S'il n'y parvient pas, il devra alors "l'informer" du signalement fait au procureur. Pour Ernestine Ronai, coprésidente de la commission violences du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE), ces formalités imposées aux médecins vont dans le bon sens. "Quand on veut protéger une femme victime de violences, l'un des objectifs est de lui permettre de reprendre sa vie en main. Sûrement pas de décider à sa place", explique-t-elle au Parisien. "En l'informant, où en demandant son accord, le médecin ne l'infantilise plus", insiste la responsable de l'Observatoire des violences faites aux femmes de la Seine-Saint-Denis. [Avec leParisien.fr et Franceinter.fr]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17