"On nous traite d'ingrats, mais ce sont nos études qui sont ingrates" : portrait d'une interne engagée

26/11/2019 Par Aveline Marques
Portrait
Sur Instagram, elle partage son quotidien "en noir, blanc et gris". En un an, The French Radiologist a rassemblé plus de 26 000 abonnés, cassant les idées reçues sur sa spécialité : la radiologie. Bosseuse et engagée, cette interne de 26 ans est aujourd'hui à la pointe de la mobilisation pour améliorer le sort des étudiants en médecine.

  Octobre dernier. Face caméra, une jeune femme s'insurge contre les conséquences de l'interdiction des avantages offerts par les industriels aux carabins. Son intervention suscite une avalanche de réactions : à quelques semaines de la mobilisation hospitalière du 14 novembre, la colère gronde chez les étudiants en médecine, "bouche-trous" d'un système de santé à bout de souffle. The French radiologist (son pseudo) est devenue l'une de leur porte-voix sur les réseaux sociaux.

En un peu plus d'un an, cette interne de radiologie en 3e année a conquis plus de 26 000 abonnés sur Instagram, faisant son entrée dans le cercle, jusqu'ici très masculin, des carabins influenceurs. Elle y partage son quotidien "en noir, blanc et gris", entre gardes, revues de presse et coups de gueule sur les études de médecine. "A la base, mon compte avait une visée plus pédagogique. Je partageais des imageries, des cas cliniques", nous raconte-t-elle. Jusqu'à ce que la question du secret médical soit soulevée. "Je changeais l'âge, le sexe… mais on m'a dit que si un patient se reconnaissait, je pouvais être mise en cause."  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

MAV (malformation artério veineuse) cérébrale supra tentorielle typique ⚡️IRM cérébrale T1 injectée : structures serpigineuses et ovalaires —> visualisation du nidus (flèche violette) et de la veine de drainage (flèche bleue), on voit bien ici les tortuosités vasculaires La MAV c’est un communication anormale, entre l'arbre artériel et le réseau veineux via un NIDUS et non pas des capillaires !! En d’autres termes c’est un lien anormal entre les artères et les veines ! Comme la connexion entre l’artère et les veines est faite de façon anormale, la pression locale n’est pas bien régulée (hyper pression sanguine) d’où le risque de rupture et de saignement ! C’est donc une malformation congénitale vasculaire à flux rapide Modes de découverte : hémorragie, crise d'épilepsie ou fortuitement Fréquence : rare Âge de survenue : entre 20 et 40 ans. Risque hémorragique très important —>réalisation systématique d’une angiographie cérébrale lors du diagnostic de MAV Diagnostic différentiel : fistule ! C’est le nidus qui permet de différencier les MAV des fistules artériographie-veineuses qui n'en possèdent pas. La MAV est plus fréquente dans le cerveau que dans le cervelet. Traitement : embolisation, chirurgie, radio chirurgie #medlife #university #cerebral #mri #mav #learn #radiologistas #radiology #love #study #ecn #ecni #ecn2019 #iecn2019 #summer #cerveau #santé Merci pour ce dessin @fromastoide

Une publication partagée par Médecine TFR (@thefrench.radiologist) le

La médecine, TFR* est tombée dedans... quand elle était petite. "Trois de mes grands-parents étaient médecins, confie-t-elle. Petite, j'ai passé beaucoup de temps avec mon grand-père paternel, qui était anapath. Il avait un microscope chez lui : j'étais fascinée par ce que je voyais sur les lames. J'étais passionnée par la science, j'avais plein d'imageries chez moi. J'ai toujours voulu travailler dans la santé : je voulais comprendre le corps humain." Après avoir brièvement hésité avec les Beaux-arts, son autre passion, la bachelière diplômée du lycée Henri IV entre à la faculté de médecine Paris-Descartes. Elle s'investit à 100% dans la Paces : "J'étais à fond dans le concours. Je ne sortais pas, je n'ai pas fêté Noël, ni le jour de l'an. Je sous-collais avec des doublants, se souvient-elle. Je me disais que si je ne l'avais pas du premier coup, c'est que je n'étais pas faite pour ça." Pari réussi : elle finit primante.

Au cours des 2ème et 3ème années, l'étudiante prend enfin le temps de souffler, "de voyager, de sociabiliser"… avant de se prendre "une claque" en première année d'externat : "J'avais les deux tiers de la D2 en rattrapage. A l'époque, je n'étais pas prête à m'investir autant dans le travail. Et il y avait eu le décès de mon grand-père deux jours après la rentrée, ça m'a beaucoup affectée…"  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Souvenir d’une garde aux Urgences quand j’étais en D2 (4ème année de médecine) c’était une patiente qui s’était faite agressée et qui avait l’arcade sourcilière ouverte donc je devais la recoudre ... elle avait le sourire et gardait le sens de l’humour, je n’oublierai jamais cette patiente et sa force ! Et je n’oublierai jamais que j’ai été externe un jour, que ce sont des années difficiles qu’il faut s’accrocher pour réussir et je pense que trop de gens, en montant les grades à l’hôpital, oublient cela avec les années —>... Nous faisons un beau métier, mais pourquoi aidons nous les patients si nous ne sommes même pas solidaires, tolérants et respectueux entre nous ? Ne nous mettons pas des bâtons dans les roues, et entre aidons nous, c’est ça la vraie force ! Et soutien au D4 de Bichât .. on ne l’oublie pas ! #externat #paris #urgences #souvenir #garde #medlife #medstudent #study #love #doctor #love #peace

Une publication partagée par Médecine TFR (@thefrench.radiologist) le

Bûcheuse dans l'âme ("Mes parents m'ont donné le goût du travail"), l'externe se ressaisit très vite : elle passe l'été à étudier et carbure les deux années suivantes pour compenser... ses "lacunes". Ambitieuse, TFR vise le top 1000 aux ECN, mais finit "dans les 1700", à sa grande déception. "Je me sentais coupable, j'avais l'impression d'avoir fait mon externat sur deux ans." Son bon classement lui laisse toutefois l'embarras du choix pour sa spécialité. "Quand je me suis lancée dans les études de médecine, je voulais être chirurgienne. Mais après avoir fait des stages d'urologie et de chirurgie maxilo-faciale, j'ai su que ce n'était pas pour moi." La dermatologie et l'ophtalmologie la séduisent pour l'aspect "très visuel" des maladies, mais leur champ semble trop limité. En radiologie, en revanche, "la sémiologie des pathologies est hyper fine, souligne-t-elle. Et je me suis rendu compte que dans le raisonnement médical, c'est nous qui faisions les diagnostics. Si je n'avais pas eu radiologie, je pense que j'aurais arrêté." La longueur de l'internat -5 ans- ne l'effraie pas. "Quand on part pour médecine, on ne s'en rend pas compte. Mais c'est vrai qu'à 26 ans, j'ai encore le statut d'étudiante, avec des cours et des examens, alors que mes amis sont déjà dans la vie active." Et l'interne de casser toutes les idées reçues sur la radiologie, cette spécialité "méconnue", qui pâtit de son isolement au sein de l'hôpital. "Ce n'est pas parce qu'on ne fait pas d'examen clinique et qu'on ne porte pas de stéthoscope qu'on n'est pas en contact avec les patients, dément-elle. Si un patient demande à nous voir après un scanner ou une IRM, on ne dit jamais non. Certains radiologues le font systématiquement. Et quand je fais une échographie, je réinterroge systématiquement le patient." L'interne apprécie également l'esprit de corps de la spécialité : "Il y a beaucoup d'entraide. On n'est pas là pour se tirer dans les jambes."

Seul point négatif : TFR enchaîne les gardes. "Ce semestre, j'en ai 26. S'il y avait ne serait-ce qu'un interne de plus, ce serait plus supportable. Mais nos chefs veillent au respect des repos de garde." C'est loin d'être le cas de toutes les spécialités : en témoignent les anecdotes collectées et relayées par l'instagrameuse. "Je reçois au moins 30 messages par jour et j'essaie de répondre à tout le monde." Les semaines à rallonge, les salaires de misère, les DU qu'il faut payer de sa poche, les stages d'externat passés à classer les biologies… Autant de raisons pour TFR de se "mouiller", aux côtés d'Et ça se dit médecin, pour dénoncer les conditions de formation des étudiants en médecine. "On nous traite d'ingrats, mais ce sont nos études qui sont ingrates, s'insurge-t-elle. Ça me donne envie de me battre… si ce n'est pas pour moi, ce sera pour la génération future." Même combat pour les praticiens, les infirmières, les aides-soignantes, les manipulateurs radios ou encore les brancardiers, tous soumis au travail de nuit, au stress et à une charge de travail exponentielle. "C'est injuste d'être traités comme ça, alors qu'on est là pour aider les gens."

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Belle union nationale ce jeudi 14/11/19. Des soignants de la France entière ce sont mobilisés pour crier une énième fois un cri de détresse, il est URGENT de sauver l’hôpital PUBLIC... Voici les plus belles images des 4 coins de France que j’ai reçu, merci à tous pour vos partages. Espérons que les choses changeront pour de bon cette fois-ci. Ne laissons pas le CHU nous tuer ! #lechunoustue #santé #danger #hopital #unis #union #nationale #manifestation #france #internat #sagefemmes #infirmier #infirmieres #médecins #docteur #externes #manipradio #brancardiers #aidesoignante #internes #étudiants #sauvez #nous #sos.

Une publication partagée par Médecine TFR (@thefrench.radiologist) le

De quoi être dégoutée de l'hôpital? "Même si les conditions ne sont pas optimales, j'aime l'ambiance, le travail en équipe, la transmission de savoirs… Dans l'idéal, j'aimerais avoir un exercice mixte, avec une partie universitaire : j'adore enseigner, je donne des cours aux manip radios." Le développement de l'intelligence artificielle et de la téléradiologie ne lui font pas peur. "Les premiers scanners datent des années 70 et les IRM des années 90 : les radiologues se sont formés sur le tas, souligne-t-elle. Ce sera pareil avec l'IA. Et on aurait toujours besoin de l'humain : on ne peut pas confier la responsabilité médicale à des machines. Ça ira sans doute plus vite… A nous d'être encore plus en alerte." La relève est assurée.   *Acronyme de The French Radiologist

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17