Le numerus clausus sera supprimé en 2020

17/09/2018 Par S. B.
L'Elysée vient officiellement de mettre fin aux rumeurs quant à la suppression du numerus clausus. La rentrée scolaire 2020/2021 marquera la fin du "gâchis" de la première année de médecine. Objectif : "former plus de médecins, et mieux les former". Une loi est annoncée pour 2019.

    "Le numerus clausus sera supprimé", a confirmé l'Elysée, appelant à en finir avec "le gâchis des vocations de médecins". Un projet de loi est prévu début 2019 concernant notamment la formation et les études de médecine. Cette réforme sera applicable au plus tôt pour la rentrée scolaire 2019, mais avec "certitude" pour celle de 2020.

"L'idée est d'avoir un appareil de formation plus intelligent, un acquis des connaissances moins académique avec moins de bachotage", a ajouté l'Elysée à la veille de la présentation de la Stratégie nationale de transformation du système de santé par Emmanuel Macron. Début juillet, les ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur avaient déjà annoncé la suppression des ECNi à l’horizon 2021. "Nous avons besoin de plus de médecins pour soigner, mais aussi pour faire de la recherche, pour travailler dans l’industrie des biotechnologies… Le financement des formations suivra",  a rassuré l'Elysée. Le Gouvernement entend encourager les passerelles et favoriser la diversification des parcours.

Pas question pour autant de "rogner sur l’excellence de la formation" : "Le système restera sélectif", insiste-t-on à l’Elysée. La sélection ne sera plus seulement "quantitative", mais "qualitative" : comme en droit, par exemple, les étudiants qui n’auront pas le niveau requis de compétences ne passeront pas en 2ème année. Les études de médecine reviendront "dans le droit commun", résume l’Elysée.        

50 ans de "numerus clausus"

Conséquence méconnue de mai 68, le "numerus clausus" a créé une sélection à l'entrée des études médicales, dont les conséquences sont très éloignées des objectifs de départ. Dans les années 1960, le nombre d'étudiants en médecine augmente brusquement: de 35.000 en 1963, à 60.000 en 1967. Trop, pour certains syndicats de médecins libéraux, qui réclament un concours sélectif à la fin de la première année, avec le soutien de l'Ordre. Une revendication à la fois élitiste, en réaction à mai 68, mais aussi corporatiste, les praticiens installés redoutant une concurrence débridée. Le gouvernement y voit en outre un moyen détourné de limiter les dépenses de santé, faisant le pari que la demande de soins diminuera en fonction de l'offre.

En novembre 1968, la loi d'orientation de l'enseignement supérieur accorde à l'exécutif le pouvoir de fixer chaque année "le nombre des étudiants (...) admis à entrer en deuxième année" de médecine et dentaire. Censés tenir compte "des besoins de la population" et "de la nécessité de remédier aux inégalités géographiques", ces quotas entrent en vigueur en 1971. Au départ, ils restent stables, autour de 8.600 places en médecine et 1.900 en dentaire. Puis chutent de 60% de 1977 à 1992 et ne remontent qu'au tournant du siècle. Dans le même temps, les dépenses de santé passent de 5% à 8% de la richesse nationale (PIB) et l'on se met à redouter une pénurie de médecins, ce qui signe l'échec de cette politique malthusienne.

Les pouvoirs publics ont depuis drastiquement relevé ces "numerus clausus", qui ont presque retrouvé leurs niveaux d'origine, sans empêcher l'apparition de déserts médicaux. D'autres quotas ont été instaurés pour les sages-femmes (1977) et les pharmaciens (1980), dont les contingents ont également été restreints mais dans une moindre mesure, avant de rebondir, jusqu'à dépasser aujourd'hui leurs effectifs initiaux.

[avec AFP]
Vignette
Vignette

Lapins : médecin, serez-vous disposé à prendre l'empreinte bancaire des patients pour prélever les 5 euros de pénalité?

Georges Fichet

Georges Fichet

Oui

Quand vous achetez un billet pour un spectacle et que vous n'y allez pas pour une raison ou pour une autre, pouvez-vous vous le fa... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9