Négos conventionnelles : la CSMF privilégie le dialogue à la "politique du chaos"

25/05/2023 Par Mathilde Gendron
Syndicalisme
Lors d’une conférence de presse, donnée ce mercredi 24 mai, le Dr Franck Devulder, président de la CSMF a dénoncé la “politique de chaos”, incitant les libéraux à la grève et aux déconventionnements. Il a également rappelé son engagement à rouvrir les prochaines négociations conventionnelles.  

  Après l’échec des négociations conventionnelles qui a abouti au réglement arbitral, le Dr Franck Devulder, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a rappelé, lors d’une conférence de presse, ce mercredi 24 mai, sa volonté de rouvrir les négociations rapidement, en établissant “un véritable dialogue”. Dénonçant, ceux qui “n’ont de cesse d’appeler à la grève et au déconventionnement”, qu’il considère comme étant une “politique du chaos”.   le gastro-entéologue de Reims, si les négociations conventionnelles “ont échoué”, c'est tout d’abord à cause d’un “manque de moyens présent dès le départ” de la part de la Cnam, accompagné d’un “manque de confiance”, et d’une “absence de vraies négociations”. La CSMF a énuméré plusieurs propositions qui “tiennent compte de l’échec des précédentes négociations”, et qui permettent “d’envisager une issue positive”. Elles ont été budgétées au total à 2,36 milliards d’euros.  

 

 

Au sujet du calendrier, la CSMF n’a pas su donner de véritables réponses, mais a exclu l’hypothèse d’une réouverture des négociations avant l’été. Interrogé sur une éventuelle date concernant la lettre de cadrage, le président de la CSMF répondu “on n’a aucune idée précise du point de départ”. Mais pour que “cela se fasse bien”, le Dr Franck Devulder a déjà commencé à échanger avec d’autres syndicats pour se mettre d’accord sur des “mesures communes”. Concernant la consultation à 30 euros, le président de la CSMF sait que “c’est un objectif à atteindre rapidement” mais veut privilégier une progressivité. Par exemple, l’Assurance maladie nous dit, ‘on vous met la consultation à 28 euros, on voit dans six mois’. Six mois plus tard, ‘on passe à 29 euros’. Puis dix mois après, ‘on passe à 30 euros, sans vous mettre de contrainte’. Cela permettrait d’être organisé en nous donnant plus de moyens”, explique-t-il. 

Également au sujet de cette conférence de presse, la proposition de loi Valletoux, que le président de la CSMF dénonce vivement. L’association Médecins pour demain a prévu de se mobiliser contre ce texte le 9 juin prochain. Pourtant du même avis, le Dr Franck Devulder a indiqué qu’il ne suivra pas ce mouvement. “La loi va être discutée et les amendements vont arriver à partir du 12 juin, on verra après”, confie-t-il. Le gastro-entérologue assure tout de même sur le fait qu’“on ne peut pas pousser les médecins à s’installer où ils ne veulent pas”.  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17