"Venez voir mon fils immédiatement" : le jour où j'ai été mis KO par le crochet d'un papa violent | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Venez voir mon fils immédiatement" : le jour où j'ai été mis KO par le crochet d'un papa violent

Les infirmières l'ont retrouvé étendu sur le sol de la salle d'examen, le visage en sang. Lui ne se souvient de rien. Interne en fin de cursus, Nicolas Perolat a appris à composer avec l'agressivité des patients et de leurs proches, inhérente aux urgences. Mais rien n'aurait pu le préparer à être mis KO par le père d'un enfant admis 30 minutes plus tôt, après 17 heures de travail le jour de Noël. Son agresseur a écopé de 18 mois de prison, dont 10 mois ferme. "Si ça m'était arrivé en premier semestre, j'aurais songé à arrêter la médecine", confesse-t-il.

 

"Je suis interne en médecine générale en Ile-de-France, en 5e semestre. Je suis actuellement en stage à l'hôpital de Gonesse (Val d'Oise) en pédiatrie.

J'étais de garde aux urgences pédiatriques la nuit de Noël, du 25 au 26 décembre. La garde a commencé le 25 au matin. On a eu une journée chargée, comme d'habitude en hiver. A 2 heures du matin, il nous restait encore une douzaine de patients à voir. Avec ma chef, on s'était réparti chacun un secteur des urgences pour avancer.

J'avais déjà vu deux enfants. Je sortais d'une salle d'examen quand j'ai été interpellé par un homme qui m'a demandé si j'étais médecin. Quand j'ai répondu oui, il m'a dit 'venez voir mon fils immédiatement, il a mal'. J'ai regardé sur l'ordinateur : cet enfant, déjà installé dans une salle d'examen, était présent aux urgences depuis moins d'une demi-heure. L'infirmière d'accueil et d'orientation l'avait priorisé comme devant être vu dans les deux heures par un médecin, mais sans signe de gravité nécessitant des examens complémentaires dans l'immédiat.

 

"Je vois cet individu dans l'encadrement de la porte…. Puis je n'ai plus aucun souvenirs"

 

Ayant cette information, je réponds à son père que je m'occupe déjà de deux enfants, et que le sien est le prochain. Sur un ton un peu plus vindicatif, il me redit : 'vous allez venir le voir TOUT DE SUITE'. Je lui ai répondu que non, et que poursuivre la conversation n'allait que faire perdre du temps. Sur ce, je...

16 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…