"L'hôpital qui se fout de la charité" : la reconversion d'Olivier Véran dans la médecine esthétique scandalise ses confrères

19/03/2024 Par A.M.
Personnalités
La nouvelle a fait l'effet d'une bombe. L'ancien ministre de la Santé Olivier Véran a confié au Figaro qu'il allait se former à la médecine esthétique. Si le futur ex-neurologue affiche aujourd'hui sa volonté d'aider les Français "qui souffrent" du fait de leur apparence, pour de nombreux confrères, son choix "purement financier" en dit long sur l'attractivité de l'hôpital public.  

"Il m'a paru extrêmement compliqué de reprendre la neurologie au CHU, d'une part parce que la discipline a très fortement évolué sur le plan thérapeutique (...), et deux, je me suis très vite rendu compte en discutant notamment avec quelques patients que l'étiquette de ministre que j'ai sur le front perturbait la relation thérapeutique vis-à-vis d'eux", a déclaré Olivier Véran à l'AFP, au lendemain des révélations du Figaro sur sa reconversion dans la médecine esthétique.  

"C'est 15% de la population adulte française qui a recours à des soins de médecine esthétique et c'est quelque chose qui ne doit pas être dénigré", justifie l'ancien ministre de la Santé. "Il y a quand même un pourcentage de Français très important qui souffrent", que ce soit en raison d'une "cicatrice sur le visage", d'un "vieillissement accéléré lié à la ménopause" ou d'une "calvitie précoce", illustre-t-il. 

 

"Sans doute Olivier Véran en fera profiter les indigents…" 

Mais pour ses confrères, la pilule a du mal à passer. "Voilà quelqu'un qui a été ministre de la Santé, qui demandait aux libéraux de prendre leur part pour soulager l'hôpital, qui dénonçait les médecins libéraux quand ils réclamaient de maigres augmentations et qui nous apprend qu'il va arrêter d'exercer la neurologie parce que la neurologie a beaucoup changé…", tacle le Dr Jérôme Marty, sur RMC. "Plutôt que de se remettre à niveau, il part se former à la médecine esthétique dans un établissement qui fait de l'amplification du point G (de 700 à 1700 euros), de l'épaissement du pénis (de 2800 à 4600 euros), etc. Evidemment, c'est pas pour faire de l'argent, ironise le président de l'UFML. Sans doute Olivier Véran ira exercer ce métier-là à l'hôpital et en fera profiter des indigents en travaillant en secteur 1 ou en étant salarié de l'hôpital. Je ne pense pas -j'ose espérer- qu'il le fasse en secteur 2, secteur qu'il décriait…" 

 

"L'hôpital qui se fout de la charité, vraiment. Quelle hypocrisie", lance une médecin sur le réseau social X. D'autres confères, comme le sénateur socialiste Bernard Jomier ou l'urgentiste Mathias Wargon, pointent le "message" "désastreux", "négatif", envoyé par ce choix de reconversion d'un ancien ministre de la Santé. "Quand on voit un ancien ministre neurologue de gauche se reconvertir, on comprend bien la misère de la médecine hospitalière et de la médecine générale", résume un autre médecin.  

Vignette
Vignette
34 commentaires
5 débatteurs en ligne5 en ligne
Photo de profil de B M
4,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 2 mois
Il fuit le système qu'il a si bien "réinventé", dégradé et dénigré avec l'aide du patron qui sait tout. Ouf. Il va éviter les réunions avec les kiné, les IPA et les pharmaciens, les rupture de médica...Lire plus
Photo de profil de Romain L
12,7 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 2 mois
Ce genre de décision assumée en dit long sur le niveau de pourriture de l'élite française. On ne peut que constater que la sélection se fait essentiellement selon la capacité à trahir sans honte pour ...Lire plus
Photo de profil de Petit Bobo
1,9 k points
Débatteur Passionné
Autre spécialité médicale
il y a 2 mois
On peut trouver une certaine logique à ce qu'un ophtalmo, un ORL, un chirurgien, un dermato, ... glisse vers l'esthétique, Je vois mal comment un pédiatre, un urologue, un nephrologue, un psy peut p...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17