L'Assemblée nationale approuve la "liberté garantie" des femmes d'accéder à l'IVG

25/01/2024 Par C.S.
Dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 janvier, 99 députés ont voté pour l'article unique du projet de loi visant à inscrire l'avortement dans la Constitution. Ce premier pas vers une constitutionnalisation de l'IVG en France doit être confirmé par un vote solennel.  

 

C'est une nouvelle étape vers la constitutionnalisation de l'accès à l'IVG. Dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 janvier, l'Assemblée nationale a largement approuvé le principe d'inscrire dans la Constitution la notion de "liberté garantie" pour les femmes de recourir à l'avortement. 

Malgré des débats souvent âpres entre, d'un côté, la majorité et la gauche et, de l'autre, des élus LR, 99 députés ont voté pour l'article unique du projet de révision constitutionnelle. Ce dernier ne pourra toutefois être considéré comme adopté que s'il obtient un nouveau feu vert, mardi 30 janvier, lors d'un vote solennel de l'Assemblée.  

Le camp présidentiel, et les députés de gauche et du groupe LIOT présents ont apporté leurs voix à ce projet, comme deux députés LR et deux RN. Treize députés ont, en revanche, voté contre (4 LR, 8 RN et une non-inscrite). 

Le texte voté indique que "la loi détermine les conditions dans lesquelles s'exerce la liberté garantie à la femme d'avoir recours" à une IVG. Avec cette formulation, l'exécutif espère trouver une voie entre l'Assemblée nationale, qui a déjà voté fin 2022 un texte LFI pour consacrer un "droit" à l'IVG, et le Sénat, qui avait validé de justesse quelques mois plus tard l'inscription dans la Constitution d'une "liberté". La voie choisie pour une révision constitutionnelle nécessite, en effet, que les deux chambres adoptent le même texte, avant qu'il soit soumis à un scrutin au Congrès réunissant les parlementaires à Versailles, et nécessitant 3/5e des voix. 

Malgré des regrets à gauche sur l'abandon du terme de "droit" ou sur l'absence de référence à la contraception, la députée LFI Mathilde Panot a appelé à acter une "victoire historique" sur les "anti-droits (qui) siègent (...) à l'extrême droite". "Il n'est pas question que notre famille politique remette en cause l'accès à l'avortement" a, de son côté, soutenu la députée RN Pascale Bordes, critiquant une réforme "inappropriée et inutile"

Sur le fond, le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, s'est efforcé de répondre aux LR qui voient dans la formule "liberté garantie" une brèche pour un allongement de la durée légale. Cette révision ne créera pas de "droit absolu et sans limite", a-t-il maintenu.   

[avec AFP]

Faut-il graver "la liberté des femmes à recourir à l'IVG" dans la Constitution française ?

Dr Sophie Q

Dr Sophie Q

Oui

Garantir la possibilité d'une IVG dans des conditions sanitaires sécurisées est indispensable, le retour en arrière serait supprim... Lire plus

1 commentaire
23 débatteurs en ligne23 en ligne
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 6 mois
des mots,des mots,des mots ils ne savent produire que çà!...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17