Doctolib dévoile la durée moyenne d'une téléconsultation de médecine générale

25/03/2022 Par Louise Claereboudt
E-santé

La plateforme a présenté ses statistiques lors du Congrès de la médecine générale de France, ce jeudi 24 mars. Sur 15 millions de téléconsultations réalisées depuis le lancement de l’outil, 10 millions ont été réalisées par des généralistes. C’est une vaste étude qu’a présentée ce jeudi 24 mars Doctolib lors du Congrès médecine générale France. Elle montre que les médecins généralistes sont aujourd’hui des acteurs majeurs de la téléconsultation, qui a pris son envol depuis le début de l’épidémie de Covid-19 en France. En effet, sur les 15 millions de téléconsultations réalisées depuis le lancement de Doctolib Téléconsultation, 10 millions l’ont été par des généralistes. 9.600 utilisent d’ailleurs la plateforme de la licorne française pour ces consultations à distance. 10% des consultations de médecine générale sont des téléconsultations, note Doctolib. Et 13% des généralistes téléconsultent à "plus de 20% de leurs consultations globales", au-delà donc du plafond autorisé par l’Assurance maladie. En moyenne, les généralistes réalisent 38 téléconsultations par mois, avec, bien évidemment, des périodes plus ou moins creuses – les pics épidémiques ayant provoqué un boom de la pratique.  

60% des généralistes configurent d’ailleurs leur agenda avec des "créneaux exclusifs" (pour la moitié, plus de 2h par semaine sont dédiées à la téléconsultation). Les rendez-vous durent en moyenne 16 minutes. 3% ne sont pas honorés par les patients et 0,4% par les praticiens. La moitié des téléconsultations avec un généraliste ont lieu dans les 24h après la prise de rendez-vous. La quasi-totalité des patients qui téléconsultent sont déjà suivis par ce généraliste, respectant ainsi le parcours de soins. Dans 80% des cas, ces téléconsultations de médecine générale aboutissent à l’envoi d’un document, qu’il s’agisse d’une ordonnance ou d’un certificat, un arrêt de travail notamment. Dans 1 consultation sur 10, le patient a déjà échangé en amont des documents avec son médecin.

  Suivi de pathologies chroniques Dans 96% des cas, les professionnels de santé interrogés se sont dits convaincus par la pertinence des téléconsultations. Ces téléconsultations ont, le plus souvent, été réalisées dans le cadre de pathologies chroniques (suivi d’une maladie chronique stable par exemple) ou aigues (cystite par exemple), mais aussi dans le cadre du suivi de l’enfant et l’adolescent (suivi d’une acné, plainte psychologique, diététique). La sexualité (grossesse, prévention), la vie de couple, ou encore les problèmes de santé liés à la souffrance au travail représentent eux aussi des motifs fréquents de téléconsultation.  Si les professionnels de santé ont pris le pli, les patients eux aussi plébiscitent davantage ce mode de consultation. 5.5 millions ont déjà fait une téléconsultation sur la plateforme Doctolib, et, chaque mois, en moyenne, 165 000 patients font une téléconsultation pour la première fois. 43% de ces utilisateurs de la téléconsultation "vivent dans une commune de moins de 10 000 habitants contre 15% qui vivent dans une commune de plus de 100 000 habitants". A noter que 70% des utilisateurs sont des femmes.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17