Rosp : 5057 euros en moyenne par médecin généraliste cette année

26/04/2022 Par A.M.
Après une année 2020 fortement impactée par la crise sanitaire, la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp) a repris des couleurs en 2021. Du dépistage des cancers à la vaccination pédiatrique, de nombreux indicateurs sont en hausse, relève la Cnam. Le forfait versé aux médecins traitants de l'adulte, d'un montant moyen de 4891 euros, rattrape son niveau d'avant crise. 

 

La somme devrait apparaître dans les jours prochains sur les comptes bancaires des médecins. Au total, cette année, 64 801 médecins traitants de l'adulte (libéraux ou salariés des centres de santé) vont percevoir une Rosp au titre de l'année 2021, pour un montant total de 263.9 millions d'euros. C'est 3.5 millions d'euros de moins que l'an dernier : cette "légère baisse" s'explique par la diminution du nombre de médecins éligibles -ils étaient 65 680 – elle-même imputable à "l'augmentation du nombre de médecins en cessation d'activité", relève la Cnam dans un bilan chiffré communiqué à Egora. La caisse salue néanmoins la tendance à la hausse d'une "grande majorité des indicateurs", "traduisant un investissement renforcé des médecins libéraux sur les objectifs de santé publique". 

La Rosp du médecin traitant de l'adulte rattrape le niveau d'avant-crise (4820 euros), et s'élève en moyenne à 4891 euros pour 2021, contre 4909 euros en 2020. Les généralistes libéraux affichent une moyenne de 5057 euros (-34 euros), les MEP 2421 euros et les généralistes salariés des centres de santé, 7131 euros. 

Rappelons que l'an dernier, la Cnam avait dû mettre en place un mécanisme compensatoire. La crise sanitaire avait en effet fortement perturbé l'évolution des indicateurs 2020, notamment les items de prévention, impactés par le moindre recours aux soins et la déprogrammation des activités dans les établissements. Un coefficient majorateur avait été appliqué pour la Rosp du médecin traitant (adultes et enfants) tandis que la clause de sauvegarde avait été déclenchée pour les Rosp des spécialistes. 

Cette année, la Rosp pédiatrique affiche une hausse de 9.5%, avec un montant total de 12.7 millions d'euros versé par la Cnam et un montant moyen de 1020 euros pour les pédiatres et généralistes concernés. Les 4414 cardiologues percevront quant à eux 2016 euros en moyenne (8.9 millions d'euros au total), les 1995 gastro-entérologues toucheront 1391 euros (2.9 millions) et les 786 endocrinologues empocheront 1438 euros (1.1 million). 

Globalement, la Cnam note une "reprise positive" des indicateurs des médecins traitants de l'adulte. C'est le cas notamment du nombre de dosages HbA1c pour les patients diabétiques, qui avait été impacté par le Covid l'année précédente: 78.9% des patients traités par un antidiabétiques ont bénéficié de deux dosages en 2021, contre 76.9% en 2020 et 79.7% en 2019.  

Une image contenant tableDescription générée automatiquement

Un rattrapage semble également s'amorcer pour les dépistages de cancer : +0.2 point pour le cancer du sein (63.4%), +0.3 pour le cancer du col (53.7%) - dont l'indicateur a été modifié- et surtout +3.8 pour le cancer colorectal (34.3%), "soit 453 000 patients mieux traités", souligne la Cnam.  

Malgré le retour en force des pathologies hivernales, l'antibiothérapie des 16-65 ans sans ALD a encore diminué (23.3% des patients en 2021, contre 24.3% en 2020 et 32.9% en 2019). Quant à la vaccination contre la grippe, elle se maintient à un niveau plus élevé qu'en 2019, bien que la dernière campagne n'ait pas provoqué de ruée en pharmacie comme en 2020 : 61.2% des patients de 65 ans et plus et 37% des patients à risque se sont vaccinés, contre respectivement 64.2% et 40.9% en 2020, mais 56.4% et 34.9% en 2019. 

 

Une image contenant tableDescription générée automatiquement

Concernant les indicateurs d'efficience, la Cnam salue la hausse de l'indicateur de prescription dans le répertoire d'antihypertenseurs (+1.3 point) et la progression de l'indicateur de prescription du biosimilaire de l'insuline (+5.8 points). A noter que cette année, un mécanisme d'intéressement à la prescription de médicaments biosimilaires entre en application.  

Point noir : les indicateurs de...

prescription des inhibiteurs de la pompe à protons et de l'ézétimibe sont "mal orientés", en augmentation de 1.8 et 1.9 point respectivement.  

Autre résultat notable, la hausse de la part des patients ayant initié un traitement par benzodiazépine hypnotique (+0.8, à 43.7%) ou anxiolytique (+0.2, à 15.2%) de plus de quatre semaines. Un contre-coup de la crise du Covid? 

 

 

Une image contenant tableDescription générée automatiquement

Du côté de la Rosp du médecin traitant de l'enfant, l'effort se poursuit sur la vaccination : 87% des moins de 2 ans ont reçu les deux doses du vaccin ROR (+1.1 point) et 98% ont reçu une dose de vaccin anti-méningocoque C avant 18 mois (+0,6). En revanche, la Cnam regrette la mauvaise orientation de l'indicateur relatif au traitement par corticoïdes inhalés et/ou antileucotriènes, qui s'est établi à 50.9% des patients de 1 à 16 ans avec un asthme persistant, en baisse de 4.6 points.