"Des milliers de personnes ont soudain cessé d'être considérées vulnérables" face au Covid : le coup de gueule d'un MG

04/09/2020 Par Aveline Marques
Santé publique
Alors que l'épidémie repart à la hausse, le retour au travail des personnes considérées comme vulnérables face au Covid-19, acté par décret au 1er septembre, inquiète les associations de patients et interpelle certains médecins. 

"Plus fort que l’hydroxychloroquine. Là où la médecine patine, l'administration fait des miracles. Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 2020, des milliers de personnes atteintes de pathologies vasculaires ou pulmonaires ont soudain cessé d'être considérées vulnérables au coronavirus", ironise le Dr Christian Lehmann, écrivain et médecin généraliste dans les Yvelines dans son "journal d'épidémie" publié par Libération

Un décret paru dimanche au Journal officiel met fin à compter du 1er septembre au dispositif exceptionnel d'indemnisation dont bénéficiaient les travailleurs vulnérables depuis le 1er mai. Eux et leurs proches, après s'être fait prescrire un certificat d'isolement par leur médecin, pouvaient rester chez eux en télétravail ou, quand cela n'était pas possible, bénéficier du chômage partiel. 

Le Gouvernement appuie sa décision sur le Haut Conseil de santé publique (HCSP), qui considère dans un avis du 23 juillet que les personnes à risque de forme grave de Covid-19 -sans exception- peuvent reprendre une activité professionnelle "sous réserve que leur soit donnée la possibilité de mettre en oeuvre les mesures barrières renforcées".  

Devant l'inquiétude des associations de patients, le dispositif a finalement été maintenu pour "les plus fragiles des plus vulnérables, ceux qui présentent un risque élevé de développer une forme grave du Covid", selon le ministre de la Santé, Olivier Véran. Sont concernés les malades atteints d'un cancer évolutif, d'une immunodépression, d'une insuffisance rénale chronique sévère, dialysés et les 
personnes de plus de 65 ans présentant un diabète associé à une obésité ou à des complications micro ou macrovasculaires. "Quel diabétique avec des complications vasculaires travaille au-delà de 65 ans ? (hors du milieu médical, s’entend)", s'interroge le Dr Lehmann. Pour le généraliste, "cette restriction montre bien à quel point...

la liste a été établie en dépit du bon sens, avec la volonté de feindre une bienveillance démentie dans les faits." 

 

"Reste aux médecins à expliquer à leurs patients qu'il n'y a pas d'argent magique" 

En revanche disparaissent de la liste les plus de 65 ans, les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires, un diabète non équilibré, une pathologie chronique respiratoire ou encore une obésité.  

Pour ces derniers, France Assos Santé réclame des "garanties" supplémentaires : maintien du télétravail quand c'est possible, "prise en charge du transport individuel" quand la distanciation physique n'est pas garantie dans les transports collectifs, "statut protecteur" contre les  
licenciements pour ceux qui sont maintenus à l'isolement. Renaloo, représentant les patients dialysés et insuffisants rénaux, se dit "très réservée sur l'exclusion de certaines pathologies pourtant associées à un risque élevé avéré", comme l'obésité morbide et certaines affections cardiaques ou respiratoires. 

Côté médecins, la Société de pneumologie de langue française (SPLF) déplore l'exclusion des patients insuffisants respiratoires chroniques au sens large, qui "pourrait avoir de graves répercussions".  "Reste aux médecins à expliquer à leurs patients qu'il n'y a pas d'argent magique, qu'il faut retourner au travail 'quoiqu'il en coûte'", conclut le Dr Lehmann. 

[avec AFP et Libération.fr

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17