"Je ne fais pas ce métier pour le fric" : jeune médecin, il s'installe dans la Creuse et refuse les aides à l'installation | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Je ne fais pas ce métier pour le fric" : jeune médecin, il s'installe dans la Creuse et refuse les aides à l'installation

Après plus de 16 ans de recherche, la petite commune creusoise de Sardent, située en plein désert médical, a vu s’installer, au cœur de l’été, un jeune médecin généraliste. En quête d’exercice libéral isolé et rural, le Dr Franck Raton, âgé de 38 ans, a choisi de donner “du sens” à son exercice en ouvrant son cabinet dans un territoire qui en avait urgemment besoin. A contre-courant des médecins de sa génération, cet ancien médecin militaire souhaite se rendre “utile” et se débrouiller par lui-même. Estimant qu’il ne fait pas ce métier “pour le fric” mais pour les patients, il ne souhaite également pas passer pour un médecin “vénal” en bénéficiant d’aides à l’installation trop généreuses. Récit.  

Cela faisait 16 ans. 16 ans que les habitants de Sardent, bourgade creusoise de 800 habitants, répartis entre le bourg et une cinquantaine de petits hameaux, vivaient sans médecin généraliste sur place. Suite à un divorce en 2005, l’ancien médecin de la commune avait décidé de quitter les lieux précipitamment. Son cabinet se trouvant dans sa maison, conservée par son ex-femme au moment de leur séparation, le remplacement était difficile pour la municipalité de l’époque, qui ne disposait pas d’autre local disponible.  

Bon gré mal gré, les Sardentais se sont débrouillés toutes ces années durant en consultant les médecins de communes aux alentours. “Il a fallu s’organiser et les habitants l’ont fait, même si c’est difficile. En 2005, la situation était un peu moins compliquée qu’elle ne l’est aujourd’hui puisqu’il y avait un certain nombre de médecins à Guéret, dont on est à 15 kilomètres, à Bourganeuf qui est également à 15 kms. Et puis aussi dans d’autres communes : il y avait deux médecins à 7 km et deux à 12 km. Les gens se sont tout simplement répartis sur les différents cabinets médicaux”, raconte le maire, Thierry Gaillard.  

 

Des candidatures… fantaisistes  

Problème : le département de la Creuse étant situé en zone de revitalisation rurale et en plein désert médical, les candidats à l'installation ne sont pas nombreux. Les médecins partant à la retraite ne sont pas ou peu remplacés. “On considère qu’il y a au moins la moitié, voire plus, des généralistes du secteur qui ne seront pas remplacés. Ce qui veut dire que, de façon progressive, les médecins sont surchargés de travail et en arrivent même à dire qu’ils ne prendront plus de nouveaux patients. Malheureusement, ils n’ont pas le choix”, se désole l’édile, qui estime que sur les 20 généralistes en exercice il y a quinze ans, il n’en reste plus que 10 actuellement.  

Les maires successifs n’ont pourtant rien lâché : tracts, annonces, prospection en faculté de médecine… Ils ont tout fait pour trouver un nouveau généraliste. “Sur les trois dernières années, on a eu des contacts avec trois ou quatre médecins. Ils étaient en fin de carrière et envisageaient éventuellement de venir se mettre un peu au vert dans le département. Ça n'a pas abouti, c’était imprécis”, poursuit le maire, qui ajoute : “on a aussi eu des candidatures très fantaisistes”. Dans cette course aux médecins, Thierry Gaillard a, en effet, vu passer des praticiens avec des histoires pour le moins… originales. “Le dernier en date remonte à il y a huit mois. J’étais en contact avec un médecin d’une...

85 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…