Dans ce département, 90% des habitants sont pour la fin de la liberté d'installation

19/10/2021 Par Marion Jort
Démographie médicale
Dans le Lot-et-Garonne, 90% des habitants se sont déclarés favorables à la fin de la liberté d’installation des médecins, d’après un sondage réalisé par nos confrères de Sud-Ouest.  

Dans le cadre d’un débat sur la désertification médicale organisé par le journal Sud Ouest, les habitants du département du Lot-et-Garonne ont été invités à se prononcer sur la question de la liberté d’installation des médecins. Alors qu’une récente enquête classait au moins sept communes dans le rouge, beaucoup de médecins sur place privilégient le salariat lors de leur installation. “Nombre de collectivités, non sans risque, se sont engouffrées [dans le salariat, ndlr] pour attirer les carabins”, détaille le quotidien.  

Précisant que d’autres pays européens, comme l’Allemagne ou l’Espagne ont choisi la coercition, Sud-Ouest a ainsi posé cette question à ses lecteurs : “Déserts médicaux : faut-il réguler la liberté d'installation des médecins ?”. Question à laquelle 90% des participants ont répondu favorablement. 

Nombre d’entre eux ont également estimé que cette coercition pouvait s’appliquer sur un certain nombre d’années (trois, quatre ans,) dans des zones dépourvues sur le plan médical. “Outre le déconventionnement qui me paraît être une solution, j’estime que les aides diverses ne sont pas conditionnées à une durée d’exercice suffisamment longue. Jadis, pour les élèves profs, les aides d’État obligeaient à exercer dix ans dans l’Éducation nationale sous peine de devoir les rembourser”, indique par exemple une participante au sondage.  

Sévères, les lecteurs ont aussi dénoncé le “manque de vocation” des médecins. “Les généralistes veulent gagner de l’argent tout en ayant des horaires de bureaux et week-end compris. En attendant les urgences font leur boulot, et là aussi ça met le bazar. Ils n’ont plus la vocation”, écrit l’un d’eux. “On a l’impression que c’est devenu terrible d’être médecin de campagne alors qu’il y a de plus en plus de maisons de santé pour qu’ils se sentent moins isolés. Qu’est-ce qu’ils veulent ? Être dans leur bureau de 9 à 19 heures à recevoir plus de 30 malades par jour ? Effectivement ce doit être rentable, mais où sont l’humain et l’amour du métier ?”, juge une autre.  

[avec Sud Ouest]  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
4 débatteurs en ligne4 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17