PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Actes fictifs, majorations indues, fausses ordonnances… Comment la Cnam compte intensifier la lutte contre la fraude des médecins

La Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) a présenté vendredi 30 septembre sa stratégie nationale "rénovée" de lutte contre la fraude des professionnels de santé comme des assurés, avec pour ambition de parvenir à détecter et stopper 500 millions d'euros de préjudice financier en 2024, contre 219 millions d'euros en 2021. Médecins, voici ce qui vous attend.

 

2.2 milliards d'euros. C'est le montant du préjudice financier lié aux fraudes détectées et stoppées depuis 2012, avec une année "record" à 286 millions d'euros en 2019. Peut mieux faire, estime cependant la Cnam, qui entend mettre les bouchées doubles afin de parvenir à un objectif de 500 millions d'euros de fraudes détectées à l'horizon 2024. "Il faut protéger ce bien commun qu'est l'Assurance maladie", martèle Thomas Fatôme, directeur général de la Cnam.

Mais la tâche est immense et "complexe" compte tenu "la grande diversité d'acteurs et de prestations" que gère l'Assurance maladie, souligne-t-il : 60 millions d'assurés, 3 millions d'employeurs et des centaines de milliers d'assurés qu'il faut avant tout "payer vite, rembourser vite", les irrégularités étant par la force des choses recherchées a posteriori. "On pourrait avoir des résultats plus importants si on mettait des verrous et des contrôles", relève le patron de la caisse.

 

Entre 185 et 215 millions d'euros de fraudes pour les MG

Si les deux tiers des préjudices concernent les professionnels de santé* – "ce qui est logique car ce sont d'abord eux qui génèrent de la dépense", tient à préciser Thomas Fatôme – pas question pour la Cnam de "prioriser". "Notre plan vise à être présent sur l'ensemble des fraudeurs." Conscient de l'émoi suscité au sein d'une profession par ces chiffres diffusés auprès du grand public, le directeur comptable et financier de la Cnam, Marc Scholler, insiste : "Il faut éviter de stigmatiser une profession, la fraude, c'est toujours le fait d'individus… parfois en bande organisée."

La stratégie déployée vise en premier lieu à évaluer le risque de fraude, par poste de dépenses, pour mieux le détecter, le contrôler et le prévenir. Ces travaux statistiques ont donné lieu à de premières évaluations en mai pour les infirmières libérales et la complémentaire santé solidaire (C2S). La Cnam a dévoilé vendredi 30 septembre de nouvelles estimations : pour les quelques 57 000 généralistes concernés, l'évaluation du préjudice financier de la fraude est comprise entre 3.1% et 3.5% des dépenses (en 2018 et en 2019, respectivement), soit entre 185 et 215 millions d'euros, sur un total de 6 milliards. A noter qu'en 2019, seuls 9 millions d'euros de fraudes ont été effectivement détectées et stoppées…

Il s'agit essentiellement d'actes fictifs, de cotations non respectueuses de la nomenclature ou de la réglementation (majorations ou associations d'actes qui n'ont pas lieu d'être) et de fraudes à la prescription. Chez les transporteurs sanitaires, l'estimation est comprise entre 3.9 et 4.9% des dépenses, soit entre 145 et 177 millions d'euros.

Pour mieux prévenir les fraudes et les fautes, la Cnam a généralisé depuis septembre 2021 un programme d'accompagnement des infirmières au début de leur exercice libéral. Il vise à les "former" à la nomenclature dès leur installation. Un premier contrôle "à blanc" a lieu quatre mois plus tard, qui a permis de relever "16% de factures en anomalie", signale Thomas Fatôme. Un deuxième contrôle sera organisé un an après, avec cette fois des sanctions à la clé en cas de non respect des bonnes règles de cotation. Cet accompagnement, qui a déjà concerné plus de 2000 infirmières, sera étendu en 2023 aux masseurs-kinésithérapeutes.

 

Cotations "impossibles"

La Cnam compte également accroître l'efficacité des "contrôles embarqués" dans ses systèmes d'information, et rendre ainsi "impossibles" les cotations non autorisées. Pour réduire le trafic de médicaments (médicaments onéreux, traitements substitutifs aux opiacés notamment), elle mise sur le déploiement des "ordonnances numériques" (avec QR code traçable), qui font actuellement l'objet d'expérimentations, et seront obligatoires d'ici fin 2024. Les mises à jour des logiciels-métiers certifiés Ségur ont démarré et se poursuivront au premier trimestre 2023.

L'Assurance maladie renforce par ailleurs ses capacités de détection des fraudes : un outil relevant  comportements atypiques chez les infirmières libérales (par rapport à l'activité des pairs et aux caractéristiques de la patientèle) a été déployé cette année et sera étendu à d'autres professions de santé en 2023. Un outil de mapping, visant à mettre en évidence les trafics de médicaments entre professionnels de santé (entre médecins et pharmaciens en particulier) sera diffusé d'ici la fin de l'année.

Parce que la "fraude se déplace et s'adapte", la Cnam porte désormais une attention particulière à l'activité de téléconsultation...

Une bonne idée techniquement difficile à mettre en œuvre car dans ce cas de figure les droits ne pourraient pas être portés par la CNI mais c'est l'ac...
Lire plus
16 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…