PUB

Vous êtes ici

A+ A-

JPP 2017 : Les modalités de l’obligation vaccinale précisées

Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé a détaillé son plan d’action sur l’obligation vaccinale, lors des Journées Parisiennes de Pédiatrie, qui ont eu lieu les 6 et 7 octobre derniers dans la capitale. Bien d’autres thèmes  ont été évoqués lors de cette rencontre scientifique, comme la prise en charge des bronchiolites et des allergies alimentaires, les relations entre sommeil et douleurs chroniques chez l’enfant, les difficultés psychologiques des adolescents homosexuels et bisexuels.

Dans son discours sur la vaccination, Agnès Buzyn a fait le point sur la clause d’exemption, les sanctions, la gratuiité des vaccins, le papillomavirus…

 

La Ministre des Solidarités et de la Santé a détaillé aux pédiatres les modalités de mise en œuvre de son plan d’obligation vaccinale pour 11 vaccins pédiatriques dès janvier 2018 (vaccins contre la coqueluche, Haemophilus influenzae b, le virus de l’hépatite B, le pneumocoque, le méningocoque C, la rougeole, les oreillons, la rubéole en plus des 3 vaccins déjà obligatoires contre la diphtérie, du tétanos et de la poliomyélite - DTP). "Cette décision, qui s’intègre dans le souhait de replacer la prévention au cœur de la santé, ne concernera que les nourrissons nés après le 1er janvier 2018", a  expliqué la ministre. "Il était en effet trop compliqué sur le plan pratique et juridique de mettre en place une stratégie de rattrapage". Par ailleurs, "une étude récente a montré que le taux de couverture vaccinale du vaccin DTP,  qui est aujourd’hui de 98 %, baisserait de 15 % sans l’obligation vaccinale" a rappelé la ministre qui espère que "cette obligation permettra à la population de retrouver confiance en la vaccination". Elle ajoute cependant que, "si d’ici 5 à 10 ans, les taux de couverture vaccinale évoluaient positivement, on pourrait imaginer revenir sur cette obligation, et les adaptations à l’obligation vaccinale tiendront compte de l’évolution épidémiologique des maladies infectieuses pédiatriques et de l’arrivée de nouveaux vaccins".

Le Jury citoyen, mis en place dans le cadre de la Concertation citoyenne de 2016 sur la vaccination, avait recommandé dans son rapport du 30 novembre 2016 qu’une clause d’exemption accompagne l’élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant qu’il préconisait par ailleurs. Agnes Buzyn a expliqué que "cette mesure n’avait pas été retenue,  car comme l’a indiqué le Conseil Constitutionnel, elle n’est pas possible juridiquement, car profondément contradictoire avec la notion d’obligation". "Seules les contre-indications médicales permettront donc à un enfant d’entrer à l’école ou à la crèche sans être vacciné".

Agnès Buzyn a expliqué "qu’elle avait supprimé la sanction...

Sources : 

D’après le discours d’Agnès Buzyn lors des Journées Parisiennes de Pédiatrie (6 et 7 octobre 2017)

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…