Consommation de viande et risque cardiovasculaire : ce qu’il faut retenir

23/04/2020 Par Pr Philippe Chanson
Cardio-vasculaire HTA
On connaît l’association entre la consommation de viande transformée et les pathologies cardiovasculaires ou la mortalité globale. En revanche, l’association entre la consommation de viande rouge non transformée, de volaille ou de poisson avec ces paramètres reste mal connue.

Afin de l’identifier, une étude de cohorte a analysé les données individuelles des participants de 6 études de cohorte prospective aux Etats-Unis. Les données initiales sur les habitudes alimentaires ont été obtenues entre 1985 et 2002 et les participants ont ensuite été suivis jusqu’en 2016.  Sur les 29 682 participants d’âge moyen 53.7 ± 15.7 ans dont 44 % étaient des hommes, 6 963 événements cardiovasculaires sont survenus et 8 875 décès quelle qu’en soit la cause sont survenus au cours d’un suivi médian de 19 (14.1 – 23.7) années. Les associations entre la consommation de viande transformée, de viande rouge non transformée, de volaille ou de poisson avec les événements cardiovasculaires et la mortalité globale étaient monotones, sauf pour une association non monotone entre la consommation de viande transformée et la survenue de maladies cardiovasculaires (p pour la non linéarité = 0.006).

La consommation de viande transformée était significativement associée à la survenue de maladies cardiovasculaires (hazard ratio ajusté = 1.07 ; IC 95 % = 1.4 – 1.11), différence absolue de risque = 1.74 % (0.85 – 2.63 %). Elle l’était également avec la viande rouge non transformée (HR ajusté = 1.03 ; 1.01 – 1.06), différence absolue de risque = 0.62 % (0.07 – 1.16 %) comme elle l’était pour la consommation de volaille (HR ajusté = 1.04 ; 1.01 – 1.06), différence absolue de risque = 1.03 % (0.36 – 1.70 %). La consommation de poisson n’était en revanche pas associée de manière significative avec la survenue d’événements cardiovasculaires (HR ajusté = 1 ; 0.98 – 1.02), différence absolue de risque = 0.12 % (-0.4 à +0.65 %). La consommation de viande transformée et de viande rouge non transformée était significativement associée à la mortalité globale. Ce n’était pas le cas de la consommation de volaille ou de poisson.  Chez les américains, une consommation supérieure de viande transformée ou de viande rouge non transformée ou de volaille mais pas de poisson est significativement associée à une petite augmentation du risque de survenue d’événements cardiovasculaires alors qu’une consommation supérieure de viande transformée ou de viande rouge non transformée mais pas de volaille ou de poisson est significativement associée à une petite augmentation du risque de mortalité globale. 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17