Gain de temps, bonus financier, formation : les avantages à devenir maître de stage universitaire

20/09/2021
Devenir Maître de Stage des Universités (MSU) c'est faire vivre le partage intergénérationnel de la profession médicale. Cela permet de transmettre aux futurs médecins son savoir-faire médical. De plus, les bénéfices sont partagés entre les externes, internes et le médecin installé... la relation est à double sens. Notre partenaire RemplaFrance vous dévoile plusieurs raisons de franchir le pas.
 

Mis en ligne le 15/09/2021  

Apprentissage continu pour tous

Pour le jeune étudiant, l'expérience est très enrichissante. Comme dans toute profession, les conseils et leçons des "anciens" comptent parmi les meilleurs enseignements. De plus, cela permet à l'étudiant de se former dans un cadre différent et de manière professionnalisante. Pour le médecin installé, un aspect intéressant en devenant maître de stage est le processus de formation continue. Être formateur est très souvent un bon moyen de se former soi-même et d'apprendre ou de réapprendre des leçons importantes. Accueillir un étudiant permet donc de remettre en cause sa pratique, ses connaissances et ses acquis. Ces nouvelles connaissances ne satisfont pas l'obligation de DPC.  

À long terme : le bonus temps

Dans un premier temps, l'accueil de l'étudiant peut se révéler chronophage pour le médecin. Le MSU doit effectuer quelques modifications dans son organisation habituelle. Cependant, cela permet ensuite au médecin de se délester un peu de sa charge de travail. Une fois formé, l'interne peut effectuer des missions de façon autonome et même certaines consultations ou visites. De plus, l'accueil de l'étudiant n'est pas très lourd administrativement, il faut fournir quelques informations, et signer la charte des MSU.

 

Un bonus financier...

Devenir MSU, c'est aussi un apport financier chaque mois. Pour un externe en stage de deuxième cycle, on touche 300 euros par mois. Pour un interne en stage ambulatoire de niveau 1 ou 2, 600 euros d'honoraires pédagogiques sont versés par mois. De plus, le médecin touchera les honoraires générés par les consultations de l'interne en l'absence de maître de stage.  

Un bon accueil de la patientèle 

Vis-à-vis des patients, le ressenti peut être facilement influencé. Il est important de...

bien les prévenir de la présence de l'étudiant avant le début de la consultation. Il faut qu'ils se sentent libres de refuser sa présence même si dans les faits, la majorité des patients la voit comme quelque chose de très positif.   En conclusion, devenir MSU, au-delà d'une source d'enrichissement financier, est donc une activité d'écoute, d'aide, de découverte personnelle et de solidarité intergénérationnelle. Loin d'un enseignement à sens unique, il s'agit avant tout d'un échange et d'un partage. 

  Comment devenir MSU ? Pour devenir Maître de Stage des Universités, il faut remplir certains critères :  -Être installé en tant que médecin généraliste depuis 3 ans minimum (1 an pour l'accueil des internes ou des collaborations) -Ne pas exercer de médecine particulière (homéopathie, ostéopathie, acupuncture...)   Si tous ces critères sont remplis, il est possible de débuter les démarches administratives :  1) Faire une demande d'agrément pour devenir MSU Pour cela il faut adresser une demande motivée au Coordonnateur du département de médecine générale et au Doyen de médecine de la faculté qui dépend de la localisation géographique d'exercice du médecin. Cette demande doit impérativement comprendre le numéro d'inscription à l'ordre. 2) Se former à la pédagogie en suivant un cursus de maître de stage (au moins le premier programme du DPC) Cette formation est dispensée en 5 semestres au bout desquels le médecin reçoit une certification au tutorat.   Pour plus d'information, consultez le site "Devenir Maître de Stage des Universités".  

Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17