Santé mentale : comment fonctionne le "chèque psy" pour les étudiants  | egora.fr
PUB
A+ A-

Santé mentale : comment fonctionne le "chèque psy" pour les étudiants 

Pour limiter l’impact de la crise sanitaire sur le moral des étudiants, le Gouvernement a mis en place un chèque d’accompagnement psychologique, censé faciliter leur prise en charge sans avance de frais.

Depuis la rentrée de septembre 2020, de nombreuses campagnes alertant sur la santé mentale en danger des étudiants sont menées sur les réseaux sociaux. Et les témoignages s’accumulent : cours en distanciel, isolement, problèmes financiers, difficultés à réviser… Plusieurs suicides d’étudiants sont aussi à déplorer.

Même si les cours en présentiel au sein des universités ont pu reprendre ponctuellement, la ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Innovation et de la Recherche (Mesri) et le président Emmanuel Macron l’ont affirmé : les jeunes sont l’une des priorités de cette crise. Ainsi, le chef de l’Etat a annoncé la création “chèque psy”, géré par les universités et mis en place depuis le 1er février, censé faciliter leur prise en charge psychologique sans avance de frais. Il sera totalement pris en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles.

Invité de BFMTV, Frédérique Vidal a détaillé son fonctionnement, précisant que ce “chèque psy” s’apparente à un forfait, dont l’usage est conditionné à une “visite préalable chez un médecin généraliste du service de santé universitaire ou un médecin figurant sur une liste de médecins avec lesquels les services de santé ont passé des conventions, puis ont choisi dans une liste de psychologues qui ont accepté”. Le site soutien-etudiant.info fournit les contacts de tous les dispositifs gratuits d'aide psychologique, classés par académie ainsi que des conseils et de nombreuses lignes d'écoute, précise la plateforme service-public.fr.

Une fois cette étape effectuée, l’étudiant est accompagné par un psychologue pour trois séances de 45 minutes. “Et puis, il y a toujours un suivi médical parce que parfois on aura besoin d’envoyer ces étudiants vers des psychiatres qui eux aussi se sont organisés dans ce réseau”, précise encore la ministre de l’Enseignement supérieur en insistant sur l’importance de ne pas avoir “honte de dire qu’ils ont besoin qu’on les aide”. “C’est le plus grand défi”, a-t-elle estimé.

Pour cela, la ministre a suggéré que des étudiants en difficulté et étant déjà pris en charge pourraient aider ceux en besoin. “L’idée, c’est d’avoir des étudiants sentinelles qui vont repérer les étudiants n’allant pas bien et les inciter à entrer dans ce parcours de soin”, a ainsi lancé Frédérique Vidal.

 

D’autres aides mises en place pour venir en aide au étudiants
En complément du “chèque psy”, le Gouvernement a aussi mis en place deux repas à 1 euro par jour, en vente à emporter au restaurant universitaire de leur faculté. Pour en bénéficier, il suffit d'activer son compte izly. Ceux qui le souhaitent peuvent aussi faire une demande de révision du droit à la bourse, sur le site MesServices.etudiant.gouv.fr et en cliquant sur l'icône “Suivi du dossier social étudiant (DSE)”. Enfin, en cas de difficultés financières, il est possible de contacter les services sociaux des Crous et un numéro de téléphone a été créé pour informer tous ceux qui le souhaitent sur les aides et les démarches à effectuer. Il s’agit du 0 806 000 278.

 

[avec BFMTV]

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…