Suicide d’une étudiante en Pass à Paris | egora.fr
PUB
A+ A-

Suicide d’une étudiante en Pass à Paris

Une étudiante en première année de Pass à Paris s’est suicidée vendredi 15 janvier dernier. L’Association nationale des étudiants en médecine de France pointe du doigt le ministère de l’Enseignement supérieur pour sa gestion déplorable de la crise sanitaire. 

Alors que plusieurs suicides d’étudiants toutes filières confondues ont eu lieu depuis le début de l’année, l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) a annoncé qu’une étudiante en Pass (Parcours d'Accès Spécifique Santé) inscrite à la Sorbonne a mis fin à ses jours, vendredi 15 janvier dernier, après l’annonce de ses résultats de premier semestre. 

Profondément “choqué et attristé”, le syndicat n’a pas caché sa colère devant une telle nouvelle. “Une colère qui ne peut que grandir face à l’inaction des pouvoirs publics alors même qu'à chaque rendez-vous ministériel, que dans chaque email, qu’à chaque appel avec nos interlocuteurs, nous ne cessons d’alerter sur les conséquences de la pression, du stress, de la solitude qu’engendrent des conditions d’études déplorables, et sur la nécessité vitale d’agir”, écrit l’Anemf dans un message publié sur son compte Facebook. "Nous ne pouvons tolérer que des étudiants, la jeunesse et l’avenir de notre société en arrivent à cette extrémité. Nous alertons sur la réforme d’entrée dans les études de santé depuis des mois, nous alertons sur les conditions d’études et de travail des étudiants en santé depuis des années, mais aujourd’hui c’est l’ensemble de l’enseignement supérieur qui est en crise. Nous subissons tous, aujourd’hui, en tant qu’étudiant et en tant que jeunes, sa gestion déplorable dans ce contexte de sanitaire”, poursuit le syndicat. 

 

 

 

#pronosticmentalengagé

Depuis la rentrée scolaire, l’Anemf alerte par tous les moyens sur le pronostic mental engagé des étudiants, notamment ceux de première année, qui doivent affronter une réforme du premier cycle mal préparée et mise en place et des programmes mal construits, tout ceci en pleine crise sanitaire, alors que les étudiants sont souvent isolés, et doivent se débrouiller avec le distanciel. Un #pronosticmentalengagé a d’ailleurs émergé sur les réseaux sociaux, pour que les étudiants puissent alerter sur leurs conditions d’études et de vie ainsi que leur souffrance. 

Des cellules d’écoute ont été mises en place au sein des universités, dont la liste est consultable en ligne. L’Anemf a également mis en place une permanence téléphonique, ils sont joignables au 09 77 07 01 28, par message ou par email à l’adresse soscovid@anemf.org.  

 

 

L'Etat, "pleinement mobilisé"

Le lendemain du point épidémiologique du 14 janvier dernier au cours duquel de nouvelles mesures réstrictives ont été annoncées par le Premier ministre, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (Mesri), Frédérique Vidal, a "échangé avec les représentants des...

15 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…