"Les étudiants sont en détresse", alerte Et ça se dit médecin qui presse Vidal de réagir

10/02/2021 Par Interne en médecine générale
Une fois par mois, l’interne en médecine générale et star des réseaux sociaux Et ça se dit Médecin livre, pour Egora, sa carte blanche sur un sujet qui fait l’actualité. Aujourd’hui, c’est sur l’état de santé mentale alarmant des étudiants en santé partout en France qu’il a souhaité réagir, s’agaçant du manque de réaction des autorités et du ministère de l’Enseignement supérieur. Coup de gueule.  

“Depuis quelques semaines, je reçois plein de messages… Ça va d’étudiants en première année jusqu’à des internes, qui sont très fatigués, isolés, qui ne voient personne. Il y a quelques jours, j’ai fait des questions/réponses sur mes réseaux sociaux et j’ai reçu des centaines de messages me demandant ce qu’il fallait faire quand on a des idées noires, comment aider des personnes qui parlent de suicide, comment accompagner un étudiant qui sort d’hospitalisation après une tentative de suicide… Moi, je ne peux pas faire grand-chose, j’essaie de les rediriger du mieux que je peux mais ça devient très difficile pour beaucoup. Ils sont clairement en détresse. Même si cela existe beaucoup en médecine, je ne m’attendais clairement pas à autant d’idées noires, à autant de personnes en détresse.  

Il faut en plus rajouter plusieurs choses à cela : la détresse financière, car beaucoup ont perdu leurs jobs étudiants. Et puis, il y a les problèmes avec les administrations de la fac. Par exemple, d’un côté, on empêche les étudiants de venir en amphi, de l’autre, on organise quand même des examens avec 300 personnes en présentiel. D’un côté, on dit aux gens qu’il faut se protéger, se faire vacciner, de l’autre, on empêche des étudiants à Lyon de pouvoir le faire. À Nancy, certains étudiants se sont carrément fait insulter par le directeur de l’hôpital.  

 

"On a l’impression que la ministre attend qu’il soit trop tard pour réagir"

J’ai l’impression que les administrations considèrent les étudiants comme une variable d’ajustement. Le mot est grave, mais on pourrait presque dire qu’on est des esclaves. Quand il y a besoin des étudiants, on les prend… Et quand il s'agit de profiter des petits avantages des soignants, ils n'ont pas le droit d’être protégés, d’être vaccinés et de se plaindre. Et quand ils se plaignent, on les convoque pour leur expliquer pourquoi il ne faut pas qu’ils le fassent.   

La ministre de l’Enseignement supérieur, je ne la comprends pas. En pleine crise sanitaire, les étudiants font la file d’attente pour manger, ils galèrent, il y a des suicides, il y a des drames… Et on ne l’entend pas. On a l’impression qu'elle n’est pas concernée. Les réformes sont catastrophiques en médecine : premier cycle, deuxième cycle… sur le papier, c’est n’importe quoi. On a l’impression que la ministre attend qu’il soit trop tard pour réagir. Pire, le suicide, on fait des grandes lettres, des discours, mais elle n’a même pas réagi quand il y eu un suicide d’une étudiante en Pass il y a quelques semaines.  

Le manque de perspectives d’avenir est clairement un facteur aggravant pour les étudiants, mais il y a aussi l’absence de soutien. On dit qu’il y a des services dédiés… D’accord. Mais les jeunes n'ont pas forcément le réflexe, dans cet état, de chercher, d’appeler, de traverser la ville pour aller au service universitaire de médecine. Ça ne marche pas comme ça.  

Ce qu’il faut, c’est que Frédérique Vidal et les universités soient plus attentives à la détection des signaux faibles d’étudiants qui ne vont pas bien, mais pas à coup de numéros verts. Par exemple, en stage, il faut que les gens qui encadrent soient vraiment formés à la pédagogie et à la transmission d’un savoir-être et d’un savoir-faire. Et qu’il y ait plus de bienveillance. Ce n’est plus possible de passer des journées sans qu’on nous demande comment ça va.”  

 

 

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17