"Il y a la vraie vie… et ses contraintes" : ce que Vidal répond aux étudiants en santé qui lui demandent plus de moyens

11/12/2020 Par Marion Jort
Reçus par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche vendredi 11 décembre, les associations représentatives des étudiants en santé dont l’Anemf dénoncent un discours complètement en décalage avec leurs besoins. 

  C’est un entretien que les associations représentatives des étudiants en santé, l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) en tête, attendaient avec impatience. Vendredi 11 décembre, ils ont été reçus par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour échanger sur les dossiers en cours, alors que l’actualité concernant les étudiants en santé est dense.  Au programme : la réforme de l’entrée des études de santé (RC1) - dont la mise en place chaotique est source de mal-être et angoisses pour les étudiants de première année -, l’intégration universitaire pour les formations paramédicales notamment mais aussi la santé mentale des étudiants et le manque de moyens financiers accordés par le ministère pour toutes les réformes en cours. Mais, malgré l’importance de ces sujets, l’Anemf se désole de l'attitude du ministère qui a “botté en touche”. Pour la RC1, par exemple, Frédérique Vidal se targue d’avoir débloqué 16 millions d’euros… Alors que l’association en demande au moins le double. 

“On nous a fait comprendre qu’il y avait la vraie vie avec ses contraintes… Et voilà”, désespère Morgane Gode-Henric, présidente de l’Anemf. Même si elle salue le fait d’avoir été reçue et d’avoir pu porter la voix des étudiants directement auprès de la ministre, la jeune femme n’entend pas s’arrêter là. “On a l’impression qu’on a été écoutés, mais pas entendus”, dénonce-t-elle. Idem pour la question de la santé mentale des étudiants, sujet autour duquel l’Anemf a lancé une vaste campagne de prévention. “La santé mentale des étudiants n’a pas de prix. Il faut le courage d’y mettre le coût pour l’avenir. D'autant plus quand on a autant de réformes ambitieuses”, tranche Morgane Gode-Henric.  Elle se désole aussi d’un discours en “déconnexion avec la réalité”. “Ce n’est pas le ministère qui reçoit des messages d’étudiants, qui ont des étudiants en larmes au téléphone”, témoigne-t-elle. Sur ce sujet d’ailleurs, Frédérique Vidal a reconnu que l’investissement n’était pas suffisant… “Mais rien ne suffit jamais”, a-t-elle aussi affirmé. “Oui, elle à raison. Rien ne suffit jamais quand on parle de la santé mentale des étudiants, de réformes importantes”, juge la présidente de l’Anemf. “ “Le ministère nous trouve sévères” Tout n’est pourtant pas à jeter. L’Anemf salue le travail réalisé par le ministère sur certains points, comme par exemple l’augmentation du nombre de PU-PH. Cet engagement, pris dans le cadre du Ségur, prévoit d’embaucher 250 professeurs sur cinq ans. “Évidemment, c’est bien. Mais ce n’est pas suffisant !”, s’agace Morgane Gode-Henric. “Le ministère nous trouve sévères… Mais nous voulons le meilleur pour les étudiants que nous défendons. Aujourd’hui, le mal-être des étudiants est tel qu’on est obligés d’être sévères. Ils en ont besoin. Ils ont besoin de l’investissement humain et financier des ministères, besoin de savoir qu’ils sont écoutés et pris en compte, considérés”, poursuit-elle. 

La présidente de l’Anemf dénonce enfin une vision à deux vitesses. Le court terme, d’abord, qui "résout les problèmes”, et puis le long terme. “Parier sur la jeunesse, c'est faire le pari du long terme. C’est vraiment dommage de ne pas parier sur les jeunes, qui vont se soigner demain. Comment voulez-vous qu'on soigne bien si on a appris dans la douleur, dans ces conditions ? Nous, étudiants, ne voulons pas des ruines du système de soin”, conclut-elle.   

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17