Généraliste mort du Covid : "Mon mari s'est battu jusqu'au bout mais il n'était pas armé pour cette guerre" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Généraliste mort du Covid : "Mon mari s'est battu jusqu'au bout mais il n'était pas armé pour cette guerre"

Entre la fin du mois de février et la fin du mois de mars, le Dr Ali Djemoui, généraliste dans la cité du Bois-L'Abbé à Champigny-sur-Marne, a travaillé avec acharnement et très peu de protection pour faire face au Covid-19. Il aura vu près de 1.400 patients en un mois, à raison d’une soixantaine par jour, six jours sur sept, avant d'être infecté par le virus et de décéder brutalement. Il laisse derrière lui une femme et quatre enfants. Sa veuve témoigne de ce mois d'enfer. Elle a porté plainte contre X pour homicide involontaire, en visant notamment la DGS et l'ARS.   

 

"Tout a commencé à basculer à notre retour des vacances de février. Nous avions entendu parler du coronavirus et des vagues de malades en Chine et en Italie, mais nous n'avions pas été préparés à ce qui allait venir. Nous n'avions pas anticipé la catastrophe. Nous étions dans l'inconnu. Nous pensions qu'il s'agissait d'une simple grippette. Les patients avaient des rhinites, les enfants toussaient. 

A ce moment-là, nous étions fin février, toujours en phase 2. Les médecins généralistes n'étaient pas censés accueillir les malades du Covid, mais le cabinet débordait déjà. Les malades du coronavirus devaient aller à l'hôpital. Mais le 15 était engorgé. Du coup les patients allaient voir leur médecin traitant…  

 

33 personnes dans la salle d'attente 

Début mars, sur les cinq médecins de la cité du Bois-L'Abbé, trois sont tombés malades. J'ai su après qu'ils avaient contracté le Covid. Nous sommes dans une zone franche, dans un quartier très populaire. Nous sommes très solidaires. Tout le quartier a été infecté par le Covid, mais nous ne le savions pas. Nous n'avions pas de tests et surtout pas d'équipements de protection. Le peu de masques que nous avions, nous les gardions une semaine en bouche.  

Mon mari partait faire les visites le matin à 7h. Moi j'ouvrais le cabinet à 8h30. Je désinfectais comme je pouvais avec de l'eau de javel. La salle d'attente était bondée, il y avait des enfants, des personnes âgées. Les asthmatiques toussaient. Il y a eu jusqu'à 33 personnes dans la salle d'attente. Certains attendaient dans...

24 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…