Célibat subi ou choisi : petites confidences de médecins sur leurs amours | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Célibat subi ou choisi : petites confidences de médecins sur leurs amours

Manque de temps, d'envie, cercle restreint… Trouver l'amour quand on est médecin n'est pas toujours tâche aisée. A l'occasion de la Saint-Valentin, The French Radiologist, Dr Dany Vythilingum et Dr Gilles racontent leur célibat à Egora. Entre solitude, incompréhension et vie à cent à l'heure.
 
 

"Les personnes voient parfois les médecins comme des êtres insensibles"

Dr Gilles*, 51 ans, médecin généraliste 

 

"Je n'ai pas eu de relations stables depuis juin 2018. J'ai rencontré des personnes, mais rien de très concluant. Je n'ai jamais été marié non plus. Mes plus longues relations ont duré 7 ans. Ma première relation longue, c'était avec une femme que j'avais rencontrée à la faculté de médecine. Elle n'a pas réussi la première année et s'est dirigée vers le métier de sage-femme. Moi je travaillais énormément à cette époque : j'étais interne et je commençais les remplacements. Le soir, j'étais un peu fatigué. Entre nous, il y a eu beaucoup de phases de mécompréhension.

Pourtant, initialement, j'avais toujours comme règle de ne pas me poser avec quelqu'un qui évoluait dans le monde médical, à la limite paramédical. Sauf que les personnes qui gravitent en dehors du milieu médical ne comprennent pas souvent certains aspects de notre vie. On a souvent besoin, nous médecins, de décompresser sous forme d'humour, second voire troisième degrés. Et certaines choses peuvent être mal prises. Les personnes nous voient parfois comme des êtres insensibles, alors qu'en fait on a tendance à se blinder face à certaines situations. Ça peut passer pour de la froideur, alors que c'est une forme de distance. C'est mal vécu par certaines personnes qui prennent les médecins pour des monstres.

 

Quand je regarde mon parcours, je me dis "quand même ce qu'on vit c'est relativement inhumain parce qu'on vit au contact de la maladie, de la mort. On doit endurer ça tout au long de notre cursus et de notre vie". Il y a quelques semaines, j'ai reçu une patiente dont l'enfant est décédé d'une mort subite du nourrisson. Il faut savoir gérer ça et la rassurer sans se...

10 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…