IVG : faut-il garantir la clause de conscience des médecins dans la Constitution?

27/02/2024 Par AFP
Ethique
Liberté des femmes de recourir à l'IVG vs liberté des soignants de ne pas la pratiquer : la garantie de la clause de conscience des médecins sera l'un des points de débat lors de l'examen, ce mercredi au Sénat, du projet de loi pour inscrire l'IVG dans la Constitution. Une partie de la droite sénatoriale craint qu'une "liberté garantie" à la femme de recourir à l'IVG, consacrée dans la Constitution, ne se traduise par des jurisprudences opposables à des médecins qui ne souhaiteraient pas pratiquer l'IVG.

  Qu'est-ce que la double clause de conscience des médecins? Les médecins disposent d'une clause de conscience générale, de nature réglementaire, qui leur permet de refuser de pratiquer un acte médical, pour des raisons professionnelles ou personnelles. "Si les relations entre un médecin et son patient sont tendues, le médecin peut l'adresser à un confrère", explique le Dr Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France (Syngof). Cette clause ne s'applique pas aux cas d'urgence vitale. En outre, en légalisant l'avortement en 1975, la loi Veil a consacré un droit spécifique de ne pas le pratiquer. Cette clause de conscience spécifique s'applique aux médecins, sages-femmes, mais aussi aux personnels qui participent à l'acte (infirmier...). Dans les deux cas, les médecins doivent en informer immédiatement leur patient et l'orienter vers une équipe médicale aussi compétente que lui en la matière.   Comment est-elle appliquée? "Les médecins les plus âgés, qui ont connu une époque où des avortements clandestins pratiqués par des non-soignants provoquaient des séquelles pour les femmes, sont plus attachés à l'IVG que les jeunes générations qui n'ont pas connu cette époque", observe Bertrand de Rochambeau. Tous les médecins, soit 100.000 généralistes et 100.000 spécialistes, pas seulement les gynécos, ont la possibilité de réaliser des IVG, dont 234.000 ont été pratiquées en 2022, pour 726.000 naissances. "L'IVG est une mission obligatoire des hôpitaux publics avec maternité, tous doivent avoir du personnel qui accepte de le faire. En général, certains médecins s'y consacrent plus particulièrement", explique Philippe David, président de la commission d'éthique du Collège national des gynécologues et obstétriciens (CNGOF). Sur 24.000 sages-femmes en exercice, 500 sont habilitées à faire des IVG instrumentales "et elles sont donc volontaires", explique Isabelle Derrendinger, présidente du Conseil national de l'Ordre des sages-femmes. Pour le Planning familial, qui souhaite sa suppression, "la clause de conscience spécifique est un frein à l'IVG".   Que va changer l'inscription de l'IVG dans la Constitution? Le garde des Sceaux et le rapporteur du projet de loi ont répété que la clause de conscience n'était pas menacée par l'inscription de l'IVG dans la Constitution. "Si la liberté d'interrompre la grossesse est garantie à la femme dans la Constitution, n'est-ce pas supérieur à la clause de conscience, reconnue par la loi Veil et le règlement?", s'interroge toutefois M. de Rochambeau. "Ne faut-il pas intégrer dans la Constitution que les soignants puissent opposer leur clause de conscience?", demande-t-il, craignant que la constitutionnalisation de l'IVG "contraigne les médecins à réaliser des actes contraires à leur conscience". La clause de conscience spécifique est régulièrement remise en cause par la gauche et les associations féministes. Des propositions de loi, déposées par l'ex-ministre de la Famille Laurence Rossignol en 2018, puis par l'ex-députée Albane Gaillot (LREM) en 2020 ont tenté, en vain, de la supprimer. Le sujet sera discuté mercredi au Sénat: des sénateurs, dont le chef de file LR Bruno Retailleau, ont déposé un amendement pour inscrire dans la Constitution la liberté des "professionnels de santé de ne pas être tenus" de "pratiquer" ou "concourir" à une IVG. Beaucoup de sénateurs sont favorables à la reconnaissance constitutionnelle de l'IVG, mais souhaitent un "équilibre": que "le droit reconnu aux médecins de ne pas pratiquer les IVG", "en raison de leur conscience", soit porté "au même niveau juridique que la liberté d'y recourir", a déclaré à l'AFP la rapporteure du texte (rattachée LR) Agnès Canayer.

 
Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

9 commentaires
Photo de profil de Jacques Briand
2,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 3 mois
Pour garantir à la fois le droit à L'IVG et le droit à la clause de conscience, il faut prendre les moyens de former plus de personnes qui pratiqueront cette intervention. Quel dommage de voir sur...Lire plus
Photo de profil de Romain L
12,8 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 3 mois
La suppression de la clause de conscience serait, à mon avis, le coup de grâce sur l'échine des gynécologues obstétriciens, qui sont déjà une espèce en voie de disparition du fait de la judiciarisatio...Lire plus
Photo de profil de Jp R
396 points
Débatteur Renommé
Autre
il y a 3 mois
Il semble que la clause de conscience n'a pas été intégrée dans le projet de modification de la constitution telle que votée par les deux assemblées. Tout se passe comme si le sujet n'existait pas !...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17