changement

Hausse du tarif de la consult' des psychologues, accès direct… Le dispositif "Mon psy" évolue

En visite au CHU de Lille, ce mardi 16 avril, le délégué interministériel à la jeunesse auprès du Premier ministre a présenté la nouvelle formule du dispositif "Mon soutien psy". Ses contours avaient déjà été présentés par Gabriel Attal dans son grand entretien à la presse régionale la semaine dernière.  

17/04/2024 Par L. C.
changement

Lancé à marche forcée au printemps 2022, le dispositif "Mon soutien psy" s'est avéré être davantage un fiasco qu'un succès. De l'aveu même du Premier ministre, Gabriel Attal, "il n’a pas fonctionné". A peine 2500 psychologues ont en effet intégré le dispositif, selon Le Monde, pour 1,2 million de séances réalisées. En proposant une nouvelle formule, le chef du Gouvernement espère inciter les psychologues à l'intégrer, et ainsi améliorer l'état de santé mentale des jeunes français, qui s'est considérablement dégradé. 

Lors d'un entretien avec huit titres de presse régionale le 6 avril dernier, Gabriel Attal a annoncé que "Mon soutien psy" serait simplifié et élargi dès le mois de juin prochain. En visite ce mardi 16 avril au CHU de Lille, Mathieu Maucourt, a confirmé les nouvelles modalités qui seront prochainement mises en place, indique France Bleu Nord.

Les jeunes auront désormais accès à 12 séances gratuites par an, contre huit auparavant. Les psychologues seront rémunérés 50 euros pour chaque séance. Les tarifs étaient avant de 40 euros pour la première séance et 30 euros pour les sept autres. Cela devrait tripler le nombre de professionnels engagés dans le dispositif, espère le Gouvernement. Enfin, il ne sera plus nécessaire de passer par le généraliste pour accéder à ces séances.

Dans un communiqué, le Syndicat national des psychologues, qui avait d'emblée boycotté le dispositif, a salué les annonces de Gabriel Attal qui "marquent la reconnaissance de la protestation massive" de la profession, écrit-il. Si l'organisation salue "l'effort" fait par l'exécutif, il tient toutefois à souligner que ces "avancées" ne "masquent pas les écueils que pose toujours le dispositif".

"Il reste encore plusieurs éléments à discuter ainsi que de paramètres à négocier", souligne le SNP, qui reste "vigilant à ce que ce dispositif soit en totale adéquation avec les particularités du statut de psychologue, de sa déontologie et des besoins du public". L'enjeu demeure de "déployer un véritable maillage sur le territoire pour que chacun puisse avoir accès aux psychologues", insiste le syndicat, qui réclame une concertation "dans les semaines à venir".

 

[avec France Bleu Nord]

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

3 commentaires
22 débatteurs en ligne22 en ligne
Photo de profil de Sophie Sugier
5,4 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 1 mois
Donc n importe qui ira voir le psychologue au lieu du psychiatre ,les gens atteints d1 maladie mentale, les dépressifs sévères ...et sans savoir qu'elles sont les éléments de vie à risque ,leurs atc...Lire plus
Photo de profil de Jean-Paul Deveaux
73 points
Médecine générale
il y a 1 mois
les médecins traitants en exercice feraient mieux de s'inscrire tous rapidement en fac de psycho. et changer d'exercice dans quelques années, pas de comptes à rendre, rémunération sympa, au moins ...Lire plus
Photo de profil de Franck Bonnemaison
234 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 1 mois
psychologue 50 euros et nous 26.50 euros ,puis-je facturer 50 euros quand je suis un dépressif , un anxieux , un insomniaque ,un burn out , un traumatisé de la vie ,un adolescent mal dans sa peau ......Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17