"Nous avons perdu le contrôle de l’épidémie", alerte le Pr Karine Lacombe

26/10/2020 Par L. C.
Santé publique
Invitée lors de l’émission “En toute franchise”, sur LCI, ce dimanche 25 octobre, l’infectiologue Karine Lacombe a confié être “plus inquiète qu’en mars” sur la situation sanitaire actuellement en France. Selon elle, l’épidémie de Covid est “hors de contrôle”. 

Alors que plus de 50.000 cas de coronavirus ont été signalés en 24 heures en France, Karine Lacombe, cheffe du service infectiologie de l'hôpital Saint-Antoine (Paris), a confié être “plus inquiète qu’en mars” lors de l’émission “En toute franchise”, diffusée sur LCI ce dimanche. Estimant la situation “hors de contrôle”, l’infectiologue a déploré “le nombre de tests positifs vraiment énorme”. “A Paris, quasiment 20% des personnes dépistées sont positives", a-t-elle indiqué, assurant qu'“actuellement, nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie. 

Selon elle, le nombre de cas est largement sous-estimé. “Nous ne serions pas du tout étonnés s'il y avait, en réalité, deux fois plus de cas, puisque tout le monde ne se fait pas dépister, en particulier les personnes asymptomatiques, a-t-elle admis. Elles représentent pourtant un réservoir important du virus, qui circule probablement beaucoup plus que ce que nous pouvons avoir comme reflet avec le dépistage actuel.” 

 

 

Vers un reconfinement ? 

Après le Pays de Galles, l’Irlande ou encore une partie du Portugal, un éventuel reconfinement est par ailleurs évoqué en France par de nombreuses personnalités, y compris scientifiques. A ce sujet, Karine Lacombe a déclaré : “Nous allons voir comment résiste le système de soins”. “Mais en l'état, ce serait probablement la mesure qui aurait le plus d'impact sur la saturation du système de soins. Si on attend, on va souffrir”, a toutefois alerté l’infectiologue. 

La cheffe du service infectiologie de l'hôpital Saint-Antoine a par ailleurs précisé que cette semaine serait déterminante pour sauver Noël. “Il faudra regarder l'impact du couvre-feu, que l'on observera peut-être en fin de semaine prochaine. Si les indicateurs sont encore noirs, alors il faudra prendre des mesures fortes. Autrement, on ne sauvera pas Noël. Si on ne veut pas passer Noël en confinement, il va falloir prendre des mesures avant.” 

Enfin, pour mettre fin à la propagation du virus, Karine Lacombe a appelé à étendre l’usage du masque aux enfants de moins de 11 ans. “Même s'ils sont peu malades et contaminent peut-être moins que d'autres catégories de la population, les enfants demeurent un réservoir du virus, a-t-elle expliqué. Si nous devons agir sur tous les facteurs qui impactent la dynamique de l'épidémie, alors les enfants de 6 à 11 ans sont une tranche de population sur laquelle il faut agir.” 

Dans le même temps, elle a demandé à “appliquer de façon plus stricte” le protocole à l’école, “que l'on aère régulièrement les espaces de vie commune”, et que l'organisation dans les cantines “soit revue” avant la rentrée. 

Le modèle “emmental”

Sur le plateau de LCI, Karine Lacombe a également présenté un modèle visant à expliquer l’importance de respecter collectivement l’ensemble des mesures barrières. Il s’agit du modèle “emmental”, instauré par James Reason, professeur de l’université de Manchester, en 1990 pour expliquer les accidents industriels. Il est également utilisé par la Haute autorité de Santé (HAS) pour expliquer les accidents liés au système de soins. 

“Le principe de ce modèle, c’est de dire que chaque tranche de ce fromage représente une action que l’on pourrait faire, soit pour éviter un accident soit une action qui n’a pas été prise et qui a conduit à l’accident. Chaque de ces tranches, qui ont des trous, signifient qu’en fait chaque action n’est pas efficace à 100%. Mais c’est l'empilement des différentes actions qui permet d’éviter l’accident industriel ou, ici, la contamination par la Covid”, a expliqué la praticienne. 

 

  [avec AFP]

Vignette
Vignette

Lapins : médecin, serez-vous disposé à prendre l'empreinte bancaire des patients pour prélever les 5 euros de pénalité?

Georges Fichet

Georges Fichet

Oui

Quand vous achetez un billet pour un spectacle et que vous n'y allez pas pour une raison ou pour une autre, pouvez-vous vous le fa... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9