Renouvellement des traitements, posologies… Quelles seront les prérogatives des "pharmaciens correspondants"? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Renouvellement des traitements, posologies… Quelles seront les prérogatives des "pharmaciens correspondants"?

Un décret paru ce dimanche 30 mai au Journal officiel simplifie le rôle du “pharmacien correspondant”, qui pourra renouveler certaines ordonnances plus facilement et adapter la posologie d’un traitement.

 

Après plusieurs reports liés notamment à l’épidémie de coronavirus, le rôle du “pharmacien correspondant”, introduit par la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) de 2009, va être simplifié. Il était jusqu’ici peu développé en raison d’importantes contraintes et lourdeurs.

A partir de ce lundi 31 mai, il sera désormais possible pour un patient de désigner auprès de l’Assurance maladie un “pharmacien correspondant”, qui pourra “renouveler périodiquement des traitements chroniques”, si l'ordonnance porte la mention de cette possibilité, et “ajuster, si besoin, leur posologie”, indique un décret publié ce dimanche au Journal officiel.

Charge au “pharmacien correspondant” désigné, qui devra être “titulaire d'officine ou gérant d'une pharmacie mutualiste ou de secours minière”, d’informer le médecin traitant du patient. Il devra également prévenir le médecin traitant en cas de renouvellement de traitement ou d’ajustement de la posologie.

Par ailleurs, “la durée totale de la prescription et de l'ensemble des renouvellements réalisés par le pharmacien correspondant ne peut excéder douze mois”, ajoute le texte, qui précise que le “pharmacien correspondant” pourra être suppléé dans cette fonction, après accord du patient, par un pharmacien exerçant dans la même officine.

Principale condition à la mise en place de ce système : le “pharmacien correspondant” et le médecin traitant devront appartenir “au même exercice coordonné” (équipe de soins primaires, centre ou maison de santé pluridisciplinaire, CPTS, etc.).

L’objectif de cette simplification est avant tout de déléguer un certain nombre de tâches aux pharmaciens, qui ont obtenu de plus en plus de compétences récemment, pour libérer du temps médical. Dernièrement, il leur a été accordé qu’ils puissent délivrer sans ordonnance des médicaments normalement soumis à prescription médicale pour le traitement de la cystite et de l'angine streptococcique.

“Adapter une posologie est une décision médicale, n'oublions pas que chacun a un cœur de métier qui doit être respecté. Le pharmacien, ça n'est pas celui qui prescrit”, a réagi auprès du Figaro le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, qui a indiqué que “le pharmacien a déjà la possibilité de renouveler pour un mois une prescription pour une pathologie chronique.”

[avec le Figaro]

17 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…