PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Certificats de décès par les infirmières : un décret précise les modalités

Un décret paru au Journal officiel mercredi 6 décembre détermine les modalités de mise en place de l’expérimentation permettant aux infirmières de signer - sous conditions - des certificats de décès.  

 

“Bonne nouvelle !”, s’enthousiasme la ministre déléguée chargée de l'Organisation territoriale et des Professions de santé sur X (ex-Twitter). “Il était attendu, le décret permettant l’expérimentation permettant aux infirmiers de constater un décès est paru”, annonce-t-elle.  

Un an après que la mesure a été adoptée dans le PLFSS 2023, le décret publié au Journal officiel précise les conditions à remplir : ainsi, la participation est ouverte à toutes les infirmières diplômées depuis au moins trois ans, inscrites au tableau de l’Ordre. Les salariées doivent, elles, obtenir l’accord de leur employeur. Six régions ont été choisies par le ministère de la Santé pour mener à bien cette expérimentation précise un autre texte : l’Auvergne-Rhône-Alpes, le Centre-Val de Loire, l’Île-de-France, les Hauts-de-France, La Réunion et l’Occitanie.  

Concrètement, chaque Conseil départemental de l’Ordre infirmier devra établir une liste de volontaires, susceptibles d’être contactées en cas de décès à domicile. Chacune devra impérativement suivre une formation de 12 heures, divisée en deux parties. La première portera sur l’épidémiologie et l’examen clinique du processus mortel, la seconde sur un volet “administratif et juridique”. Ces enseignements pourront se faire en présentiel ou en ligne, précise le ministère. Ils donneront lieu à une évaluation des connaissances afin de s’assurer que les infirmières “sont en capacité de constater le décès et de rédiger le certificat de décès”. Enfin, pour celles qui le souhaitent, une formation additionnelle facultative, sous la forme d’une séance de supervision, pourra être réalisée trois mois après la formation.  

 

 

Les infirmières volontaires et inscrites sur les registres départementaux pourront intervenir “en cas d'indisponibilité d'un médecin pour établir le certificat de décès dans un délai raisonnable (...) lorsque cette personne est décédée à son domicile ou dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes”, est-il indiqué. Elles peuvent être sollicitées par les services d'aide médicale urgente et les services de police ou de gendarmerie ou un médecin traitant dans l’impossibilité de se déplacer.  

Avant toute rédaction d’un certificat de décès, si une infirmière découvre le décès d’un de ses patients, elle doit obligatoirement informer le service d'aide médicale urgente ou le médecin traitant “en vue de permettre le déplacement d'un médecin au domicile du patient pour établir le certificat de décès”, dans un premier temps. A défaut, elle pourra produire le certificat.  

Enfin, aucune infirmière n’a l’autorisation de rédiger un certificat de décès lorsque le caractère violent de la mort est manifeste.  

Chaque document doit être papier et transmis à la mairie du lieu du décès.  

44 commentaires
20 débatteurs en ligne20 en ligne
Photo de profil de Jacques Briand
1,4 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 9 jours
Petite anecdote hors sujet. Lors de mes remplacements en zone rurale (dans les années 80), un couple appela le 15 à 2h du matin, pour faire constater le décès du grand père. Bien que doutant de ...Lire plus
Photo de profil de Magalie Rigaud
713 points
Débatteur Renommé
il y a 3 mois
A tous vous lire, je vois très peu de commentaires qui prennent en compte les besoins des familles en deuil ! Pardonnez-moi si je suis brutale mais vous ne parlez que de vos propres besoins : la rémun...Lire plus
Photo de profil de Veronique Fueyo
179 points
Débatteur Renommé
Infirmiers
il y a 3 mois
Il était d'abord question de faire la déclaration de décès d'uniquement des patients qu'on suit et dont le décès est prévisible à court terme. Exemple, le mois dernier, l'HAD m'appelle à 19h50 parce...Lire plus
44 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Etes-vous favorable à l'exonération fiscale des médecins libéraux qui poursuivent leur activité après avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite?

Michel Rivoal

Michel Rivoal

Non

Je voudrais bien que l'on rase gratis et pourtant je porte la barbe! Je voudrais bien un revenu pour tous surtout pendant les étu... Lire plus

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…