Il avait agressé sexuellement des étudiantes en soirée : prison avec sursis pour l'interne, qui pourra continuer son cursus

20/03/2024 Par C. S.
Faits divers / Justice
Mardi 19 mars, un ex-étudiant de la faculté de Tours a été condamné à cinq ans de prison avec sursis probatoire pour des agressions sexuelles sur deux anciennes camarades de promotion. L'homme de 26 ans, qui doit également indemniser les victimes, peut toutefois poursuivre ses études de médecine à Limoges.

  Quatre ans de prison, dont un ferme, avaient été requis contre cet ancien étudiant de la faculté de médecine de Tours. Accusé d'agressions sexuelles sur deux anciennes camarades, le mis en cause a finalement été condamné à cinq ans d'emprisonnement avec sursis probatoire par le tribunal correctionnel de Tours, mardi 19 mars. Une autre plainte déposée à son encontre pour viol a, elle, été requalifiée en agression sexuelle, et sera jugée lors d'un prochain procès. 

Ce jeune homme – désormais âgée de 26 ans - était, en effet, accusé d'avoir commis un viol et des agressions sexuelles sur trois jeunes femmes entre 2017 et 2020, alors qu'il était étudiant en médecine à Tours. Révélées en avril 2022, ces accusations avaient fait grand bruit. Des collages avaient notamment été placardés sur les murs de la faculté de médecine tourangelle pour dénoncer ces actes.   Fin 2023, le mis en cause avait été condamné par le tribunal pour enfants de Tours dans un premier dossier, concernant cette fois une affaire de “baisers arrachés” sur une jeune fille alors qu'ils étaient tous deux au lycée. Le mis en cause avait reconnu les faits et avait écopé de quatre mois de prison avec sursis. 

  Mardi 19 mars, il a donc été condamné une seconde fois. A l'annonce de ce jugement, le jeune homme a semblé libéré d'un poids, racontent nos confrères de France Bleu Touraine, présents à l'audience. Sans appel du parquet, qui avait requis un an de prison ferme à son encontre, l'apprenti médecin, qui étudie désormais à la faculté de Limoges, pourra envisager une carrière dans le monde médical. Les faits reprochés ne s'étant pas déroulés durant son exercice professionnel, mais dans le cadre de soirées étudiants, relevant de sa vie privée, le tribunal correctionnel de Tours ne pouvait pas prononcer une éventuelle interdiction d'exercer, détaille France 3 Régions. Il incombera alors au Conseil de l'Ordre des médecins de trancher sur une telle interdiction, et ce après l'obtention par le prévenu de son diplôme de médecine. Ce dernier sera toutefois inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles. 

Concernant sa condamnation par le tribunal correctionnel de Tours, la justice a pris en compte les aveux du prévenu concernant les agressions sexuelles. "Il avait mis ça sur le compte de l'alcool, qu'il consommait à outrance lors des soirées et qui le rendait hors de contrôle", explique France Bleu Touraine. "L'intérêt de cette peine, c'est qu'on ne vous revoit plus ici", a alors lancé la présidente du tribunal. La peine de prison avec sursis probatoire est également assortie d'une obligation, pour le prévenu, de suivre les soins qu'il a entamés, de signaler son adresse tous les six mois et d'une interdiction d'entrer en contacter avec les deux victimes, qu'il doit indemniser à hauteur de plus de 14 000 euros.  

 [avec France Bleu Touraine, France 3 Régions et La Nouvelle République]

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

5 commentaires
Photo de profil de Paul Le Meut
219 points
Débatteur Renommé
Médecine générale
il y a 2 mois
Un prédateur sexuel, dont j'imagine qu'il ne s'appelle pas Ibrahim vu la peine (ou la quasi absence de peine effective), va gentiment pourvoir faire le même métier que papa-maman. Bienvenu aux futures...Lire plus
Photo de profil de Paul Le Meut
219 points
Débatteur Renommé
Médecine générale
il y a 2 mois
Un prédateur sexuel, dont j'imagine qu'il ne s'appelle pas Ibrahim vu la peine (ou la quasi absence de peine effective), va gentiment pourvoir faire le même métier que papa-maman. Bienvenu aux futures...Lire plus
Photo de profil de Philippe Garat
304 points
Médecine générale
il y a 2 mois
Par les temps qui courent, je lui souhaite bonne chance une fois sa thèse obtenue pour trouver un conseil de l'ordre qui accepte de l'inscrire sans rechigner.......Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17