"Erreur de diagnostic" : un généraliste jugé après la mort de son patient diabétique

11/01/2021 Par Louise Claereboudt
Faits divers / Justice
Âgé de 64 ans, un médecin généraliste comparaissait mardi 5 janvier devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) pour homicide involontaire. Le 23 septembre dernier, l’un de ses patients, un jeune homme de 33 ans, souffrant de diabète de type-1, décédait à l’hôpital. Le généraliste avait diagnostiqué une gastro-entérite.
 

“Je suis passé à côté”, reconnaît le médecin généraliste à la barre, mardi 5 janvier. Âgé de 64 ans, le praticien, installé depuis 1991 dans sa commune de Loire-Atlantique, comparaissait pour homicide involontaire après le décès de l’un de ses patients, un jeune homme de 33 ans souffrant de diabète de type-1. Le 18 septembre dernier, ce jeune père de deux enfants se rend chez son médecin traitant, quelques jours après avoir repris une activité sportive dans un club de rugby. Le patient est essoufflé, présente des troubles de la vision et a perdu beaucoup de poids, raconte le quotidien régional Ouest-France. Il souffrait également de vomissements depuis six jours. Le généraliste connaissait bien ce patient, malade depuis vingt ans, à qui il a par ailleurs prescrit une prise de sang, un bilan cardio et une surveillance de sa glycémie en août dernier. Des examens qui n’ont finalement jamais été réalisés par le jeune homme. A l’issue de la consultation, le généraliste diagnostique une gastro-entérite. Mais le lendemain, voyant son état s’affaiblir davantage, sa famille contacte le Samu. Le diabétique fait alors un arrêt cardiaque d’une demi-heure. Il décédera le 23 septembre après avoir été plongé dans le coma.

  Refus du contrôle de glycémie Au cours de l’audience, le généraliste a reconnu une “erreur de diagnostic”. “Je suis parti sur...

une gastro. Je suis passé à côté. Mais comme je l’avais vu un mois avant, je pensais qu’il avait rééquilibré son insuline”, confie alors le praticien bouleversé par la mort de son patient. Lors de l’examen, le patient aurait, selon le soignant, refusé le contrôle de glycémie, comme il le faisait “toujours”. Selon le généraliste, l’homme n’était d’ailleurs pas rigoureux dans la prise de son traitement. “Le patient était dans un état pitoyable, il suffoquait, pouvait à peine marcher... L'expertise a prouvé qu'il avait tous les signes de l'acidocétose. Il s'agit d'une négligence qui a conduit à un décès pouvant être évité”, a lancé Me Kermarrec, l’avocate de la famille du trentenaire, ajoutant qu’ “il n’’était pas en mesure de dire non au test”.

La procureur de la République, qui a affirmé que le généraliste aurait dû “mentionner clairement le refus dans le dossier médical” et confirmé que les signes de l'acidocétose étaient multiples, a requis 12 mois d'emprisonnement avec sursis. L’avocate du praticien a quant à elle demandé la relaxe, expliquant que, face à ce patient “réticent aux soins” et qui n’a “pas coopéré au diagnostic”, la faute professionnelle ne pouvait donner lieu à une faute pénale. Le jugement sera rendu le 26 janvier prochain.   [avec actu.fr et Ouest-France]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Pierre Tabet

Pierre Tabet

Non

Dans ce cas plus de prélèvements sociaux concernant la prise en charge au titre de l'assurance maladie pour l'assuré .... Lire plus

0 commentaire
14 débatteurs en ligne14 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17