"Le médecin n'est pas le bras armé de l'Etat" : la mise au point du président de l'Ordre | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Le médecin n'est pas le bras armé de l'Etat" : la mise au point du président de l'Ordre

Alors que le nombre de personnes hospitalisées pour Covid continue d'augmenter, conduisant à déprogrammer des interventions pour éviter une saturation des services de réanimation, le débat public s'est crispé autour de la responsabilité des personnes non vaccinées. Propos choc d'Emmanuel Macron, "tri" en soins critiques, obligation vaccinale, faux pass sanitaires… Dans une interview accordée à Egora, le président du Conseil national de l'Ordre des médecins, le Dr Patrick Bouet, rappelle les grands principes éthiques qui doivent guider les médecins et appelle le pouvoir politique à "assumer ses responsabilités". 

 

Egora.fr : Le Président de la République a déclaré qu’il avait "très envie d'emmerder" les non vaccinés. Quelle est votre réaction en tant que médecin vis-à-vis de cette "stratégie" vaccinale assumée ?  

Dr Patrick Bouet : Dans la position qui est la mienne, je ne peux pas me permettre de porter un jugement déconnecté de la réalité. Je pense aujourd’hui que ce n’est pas par les paroles choc que l’on va pouvoir convaincre les personnes réfractaires à la vaccination, mais en allant à leur contact et en essayant de les convaincre quasiment individuellement.  

Ce qui nous gêne aussi, c’est que l’on globalise cette population de non vaccinés, que l'on réagit comme s’il s’agissait de 6 millions de personnes qui pensent toute la même chose. Or, nous voyons bien dans notre quotidien de médecins qu’il y a une multiplicité de profils. Ce sont très souvent des personnes en difficulté, marginalisées, précaires, isolées, voire en situation irrégulière. Plutôt que de prononcer des phrases choc, il faut que la campagne vaccinale se donne les moyens de toucher l’ensemble des populations avec une argumentation positive. Car nous savons bien que l’argumentation répressive n’aidera pas à mobiliser une partie des non vaccinés… 

 

Ces propos mettent-ils en difficulté les médecins vis-à-vis de ces patients ? 

En tout cas, ces propos ne simplifient pas notre tâche ! C’est un dialogue individuel qui s’engage autour de la vaccination, une discussion avec chaque patient. Nous aimerions nous concentrer sur des arguments médicaux et scientifiques plutôt que de désamorcer des polémiques. 

"Cette situation est la conséquence de choix politiques, pas de choix médicaux" 

 

Ces dernières semaines, la présence d’une majorité de patients non vaccinés dans les services de réanimation a fait l’objet de débats, suscitant des propositions controversées. Certaines voix suggèrent de faire supporter le coût des soins à ces patients, ou encore de poursuivre pénalement les personnes non vaccinées qui auraient transmis le Covid à quelqu’un d’autre. Le Pr Grimaldi quant à lui a tenté de confronter les non vaccinés à leur choix en leur suggérant de renoncer à la réanimation au travers des directives anticipées. Quelle est votre position ? 

Ma position est celle de l’Ordre des médecins, une position éthique et déontologique. Elle est de dire que notre responsabilité, à nous médecins, est de...

26 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…