Limiter l'installation en zone sur-dense, rendre la PDSa obligatoire… Les propositions de la FHF pour la présidentielle

16/12/2021 Par Sandy Bonin
A l'occasion de l'élection présidentielle, la Fédération hospitalière de France dévoilera jusqu’au 17 mars 2022, journée de célébration des hospitaliers, le contenu de ses 30 propositions pour "réinventer le système de santé". Ce travail a été mené par plusieurs groupes composés de médecins, de soignants, d’élus, d’usagers… Dix premières propositions ont été dévoilées, parmi lesquelles augmenter de 20% le nombre d'étudiants en médecine ou rendre la permanence des soins obligatoire.  

Alors que la Fédération hospitalière de France a dévoilé ses premières propositions pour peser sur l'élections présidentielle, son président Frédéric Valletoux a rappelé que certaines mesures préconisées par la FHF avaient déjà été évoquées. Il a notamment cité la mise en place d'Etats généraux de l'accès aux soins. Il préconise donc l'interdiction d'installation des médecins libéraux en zone sur-dense ou encore l'obligation de la participation à la permanence des soins pour tous les médecins quels que soient leur mode d'exercice, rappelant que 40% des libéraux participent actuellement à la permanence des soins contre 100% des hospitaliers. 

Les dix nouvelles propositions présentées ce mercredi 15 décembre s'articulent autour de trois thèmes : l'emploi et la formation, la santé publique et la prévention et enfin la transition écologique.  

 

Former plus d'étudiants en médecine 

La FHF estime qu'il est urgent de "reconstituer les viviers stratégiques de recrutement de la santé". Pour cela, elle propose de mettre concrètement en place le numerus apertus et élargir fortement les quotas de formation des infirmiers et aides-soignants. La Fédération table sur un objectif de +20% étudiants en médecine d’ici à 2025. Elle propose une définition collégiale d’objectifs de répartition par spécialité au niveau national dans le cadre de la conférence nationale et en fonction des besoins de santé des territoires. La FHF souhaite également une hausse de 25% des étudiants en Ifsi pour arriver à 40.000 places en première année. 

La FHF demande également la création de 1000 postes HU supplémentaire d’ici à la fin du quinquennat et favoriser la participation des PH aux missions d’enseignement. 

La crise Covid a mis en lumière les conséquences de l’inadéquation entre l’organisation de l’appareil de formation et les besoins de santé de la population, déplore la FHF. Pour répondre aux besoins des patients, il est nécessaire d’engager ce chantier d’avenir qui commence par : créer 1000 postes hospitalo-universitaires et un statut d’enseignants associés pour les praticiens hospitaliers ; former des praticiens plus polyvalents et valoriser les compétences transversales ou encore former les étudiants en santé à coopérer dès leurs études… 

 

Revaloriser la permanence des soins 

"La permanence des soins, pourtant vitale pour l’accès aux soins et consubstantielle à l’hôpital public, pèse aujourd’hui de manière disproportionnée sur l’hôpital, toujours plus seul face aux sujétions qu’elle entraine, au point de le fragiliser", a regretté la FHF, qui est revenue sur le sujet de la PDSa. La Fédération souhaite instaurer un schéma régional de permanence des soins, commun à la ville et à l’hôpital, identifiant les lignes de garde prioritaires pour l’accès aux soins de la population. Il s'agirait donc d'une obligation à la permanence des soins, mais les indemnités de cette dernière seraient revalorisées.  

Parmi les nombreuses propositions de la FHF, on retrouve également l'importance de...

valoriser les métiers de l'ombre à l'hôpital qui conditionnent son efficacité, mais aussi investir dans la formation managériale de tous les responsables et managers hospitaliers ou encore financer le développement de crèches hospitalières et autres solutions de garde d’enfants adaptées aux horaires atypiques des soignants. 

 

Politique de prévention 

Dans le chapitre santé publique et prévention, la FHF insiste sur l'importance de faire de l’espérance de vie sans incapacité un indicateur politique visible, suivi au niveau national et dans les territoires. Il s’agit de rendre visible la santé publique pour la population générale en en faisant un enjeu politique, au même titre que le taux de croissance ou le taux de chômage. 

La Fédération veut mettre en place une véritable politique de prévention au sein des GHT, et propose de financer la création de pôles de santé publique ou la mise en place d’équipes mobiles ressources en santé publique et prévention. Elle veut affirmer le rôle de l’hôpital dans la prévention primaire, le repérage des facteurs de risque et l’organisation du parcours prévention (coordination, orientation).  

 

Pertinence des soins 

La FHF veut miser sur qualité, la pertinence des prises en charge et la sécurité des soins. Elle préconise, sur la base d‘orientations stratégiques nationales, de développer des indicateurs de résultats de soins par filière en lien avec le ministère de la Santé. Sur la base de ces orientations stratégiques et des indicateurs de résultat choisis, la FHF veut construire un modèle de financement à la qualité : rénové, national et régional.  

Enfin, le dernier chapitre abordé par la Fédération hospitalière de France a été la transition écologique. Une estimation récente chiffre à 47 millions de tonnes équivalents CO2, soit 8% du total national, les émissions de gaz à effet de serre du secteur de la santé dans son ensemble (The Shift Project, novembre 2021). Pour relever le défi de la transformation écologique, les établissements publics de santé et médico-sociaux ont besoins des moyens supplémentaires, humains, financiers mais aussi réglementaires. La FHF demande donc, entre autre, le financement de postes de référents RSE par groupe d’établissements, mais aussi de créer un fonds dédié aux projets de transformation écologique des établissements.  

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
6 débatteurs en ligne6 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17