Canicule et urgences saturées : "pourquoi ne fait-on pas appel aux infirmières libérales ?"

22/08/2023 Par Marion Jort
Paramédicaux

Dans un contexte de canicule et de pénurie de médecins, le syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux regrette que ces derniers ne soient pas plus sollicités alors qu'ils sont “volontaires pour répondre à une demande émise par les Samu/SAS pour se rendre au domicile des patients”.    Alors que quatre départements viennent d’être placés en alerte rouge par Météo France et que 49 sont en vigilance orange canicule, le syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) regrette que les services de santé soient actuellement “dans l’impasse”. Rappelant que les professionnels de santé sont “au bord de l’implosion”, que “les urgences ferment” et que les médecins en congé n’ont “souvent pas de remplaçant”, le syndicat estime aberrant “que le dispositif d’appels aux IDEL volontaires pour répondre à une demande de soins non programmés n’est plus ou peu exploité”. Pourtant, écrit-il dans un communiqué, “un arrêté du 27 avril dernier avait pourtant prolongé certaines mesures de la ‘mission flash’ sur les urgences et les soins non programmés dont les astreintes des infirmiers libéraux volontaires pour répondre à une demande émise par les Samu/SAS permettant de se rendre au domicile d’un patient”. Le Sniil insiste également sur le fait que les Idel “ne savent plus comment orienter leurs patients souffrant de déshydratation” sur le terrain avant de citer le cas de la Nouvelle Aquitaine, qui a décidé de ne pas reconduire ce dispositif malgré sa forte fréquentation touristique. “Une décision en totale incohérence vis-à-vis des besoins de la population”, juge le Sniil. 

Conséquence : “face à un patient souffrant de déshydratation, l’Idel n’a pour seul recours que d’appeler le 15, qui fera lui-même appel à SOS Médecin ou aux urgences, des services déjà saturés”, regrette le syndicat qui demande donc à Aurélien Rousseau d’agir “rapidement” à la pérennisation du dispositif d’astreinte des Idel. Il défend enfin l’accès direct “pour intervenir sans la nécessité d’une prescription médicale”.   

Pensez-vous que l'accès direct aux IPA et kinés permettra d'améliorer l'accès aux soins ?

Karine Ruatta

Karine Ruatta

Non

Je ne pense pas que cela soulage quiconque : les paramédicaux ont énormément d’attente. Je suis orthophoniste, je travaille essen... Lire plus

12 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Claude Salmon
1,1 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 11 mois
Canicule et urgences saturées : "pourquoi ne fait-on pas appel aux infirmières libérales ?" Pour jouer aux "petits docteurs '' ? Ce serait malhonnête intellectuellement et professionnellement et su...Lire plus
Photo de profil de Jean-Marie Vasseur
148 points
Médecine du travail
il y a 11 mois
tous les infirmiers et infirmières que je connais sont débordés de travail... ...je ne comprends pas l’intérêt de la délégation ......Lire plus
Photo de profil de Stephane  L
176 points
Débatteur Renommé
il y a 11 mois
Probablement par manque de confiance et que on les considère toujours mal visiblement ...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17