Les aides-soignantes expérimentées pourront se former au métier d'infirmière grâce à un "parcours spécifique"

07/07/2023 Par Marion Jort
Paramédicaux
Un arrêté publié au Journal officiel le 3 juillet ouvre la possibilité aux aides-soignantes en exercice d’intégrer directement la deuxième année d’études infirmières après trois mois de formation via un “parcours spécifique”.  
 

Par cet arrêté, le Gouvernement ouvre la possibilité à toutes les aides-soignantes “expérimentées”, ayant exercé au moins trois ans à temps plein sur les cinq années qui précèdent la sélection, d’intégrer un “parcours spécifique” de formation d’une durée de trois mois. Une fois cette étape validée, les candidates pourront alors entrer directement en deuxième année de formation infirmière grâce à un système de “validation d’acquis et de compétences” (VAE). La durée de ces études est de trois ans au total.  

“Pour être éligibles au parcours spécifique, les aides-soignants doivent se porter volontaires et être retenus par leur employeur à cette fin” et s’être acquittés de leurs droits d'inscription, précise le texte. En cas de congé de maladie, de maternité, de paternité ou d'adoption, le bénéfice du parcours spécifique peut être conservé pendant une année supplémentaire, est-il également prévu.  

Dans un communiqué, la Fédération nationale des étudiants en sciences infirmières dénonce la mise en place d’une formation “à deux vitesses”. “À l’aube d’une réingénierie totale de la formation infirmière, introduire un référentiel pour le changer et l’actualiser dans six mois semble désuet”, écrit-elle dans un communiqué. “À l’heure actuelle, nous manquons d’effectifs de terrain pour permettre un encadrement optimal des étudiantes. Ouvrir ce mode d’entrée en formation accentuerait cette problématique puisqu’ elles nécessitent un encadrement renforcé de par leur parcours de formation.”  

Si à l’heure actuelle les étudiantes infirmières ont, elles, la possibilité d’obtenir l’équivalence du diplôme d’aide-soignante, elles demandent que soit plutôt mis en place un “réel mode d’entrée en formation simplifiée pour les promotions professionnelles” et que le “parcours spécifique” soit retiré. 

“La profession infirmière ne se résume pas à l’exécution d’actes techniques, elle requiert un véritable raisonnement clinique. C’est lors de la première année que les bases sont acquises”, conclut la Fnesi.  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17