Plus d’un interne sur deux a continué à soigner des patients alors qu’il était infecté par le coronavirus | egora.fr
PUB

Dossiers du moment

Vous êtes ici

A+ A-

Plus d’un interne sur deux a continué à soigner des patients alors qu’il était infecté par le coronavirus

Une enquête réalisée par l'InterSyndicale nationale des internes (Isni) montre que pendant la crise du coronavirus, plus de la moitié des internes ont dû continuer à soigner des patients alors qu’ils étaient contaminés. La faute, selon le syndicat, à un manque de moyens et de protections.  

Alors qu’aucun chiffre officiel sur le taux de contamination des soignants n’a été rendu public depuis le début de la crise sanitaire et malgré l’insistance de plusieurs syndicats, l’InterSyndicale nationale des internes (Isni) a décidé de réaliser sa propre enquête* pour donner une estimation de la situation.  

Ses premiers résultats sont alarmants. Sur tous les internes ayant été malades du Covid-19, 56,5 % ont déclaré avoir continué à travailler après l’apparition des premiers symptômes. A ce moment d’ailleurs, seuls 53% des internes infectés ont pu avoir accès à un diagnostic par PCR ou scanner thoracique.  

L’Isni relève également que la durée moyenne des arrêts de travail était de 8 jours, alors que la recommandation était de 14 jours et qu’un cinquième des répondants a été arrêté moins de cinq jours. “Ces chiffres traduisent une volonté des hôpitaux de ne pas se priver trop longtemps d’un personnel médical indispensable. Certains médecins et internes de médecine du travail ont par exemple montré que les recommandations...

5 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…