Les médecins libéraux appelés à faire une grève des gardes

01/12/2021 Par Marion Jort
L’UFML-S appelle les médecins à une grève des consultations du samedi et des gardes du week-end pour protester contre la politique du Gouvernement qui “détruit l’exercice libéral”. Il manifestera aussi aux côtés de six autres syndicats ce samedi, devant le ministère de la Santé. 

  “Médecins libéraux : refusons le déclin imposé et le défaitisme. Unissons-nous pour un mouvement de grève progressif” : dans un communiqué, l’UFML-S appelle les médecins à se soulever contre la “politique sanitaire comptable” qui “détruit l’exercice libéral”. Le syndicat du Dr Jérôme Marty s’oppose notamment à “l’ubérisation de la profession et l’enfermement imposé par les forfaits”, les transferts de compétences actés sans consultation, le projet de “grande Sécu”, et à la rémunération actuelle des médecins.  L’UFML-S appelle donc tous les médecins à se mobiliser suivant un “mouvement de grève progressif” : cela commence par une grève des consultations du samedi et des gardes du week-end dès ce 1er décembre. Si le ministère ne réagit pas, l’UFML-S annonce également grève des gardes du soir et du week-end à partir du 1er janvier ; et un arrêt total des activités le 10 mars. Enfin, s’ils n’ont toujours pas été entendus, l’UFML-S prévoit un arrêt total des activités pour une durée illimité dès le 24 mars.  Le syndicat demande notamment une consultation “à hauteur de la moyenne européenne et des honoraires complémentaires”, la garantie du maintien de l’indépendance du régime de retraite, la suppression du tarif d’autorité et l’ouverture d’états généraux de la médecine libérale. 

Sur ses réseaux sociaux, le Dr Jérôme Marty a détaillé la procédure à suivre pour les médecins qui souhaiteraient rejoindre le mouvement : dans le cas de la PDSA, les praticiens devront faire un mail à l’ARS locale, au Cdom et au Samu pour indiquer qu’ils seront en grève le 4 décembre, par exemple. Les médecins réquisitionnés, devront porter un brassard. Concernant la grève du samedi matin, seuls un panneau sur la porte du cabinet et la fermeture des rendez-vous pour le motif “grève” sont nécessaires.  En complément de ce mouvement progressif, l’UFML-S, ainsi que Jeunes Médecins, l’Intersyndicale nationale des internes (Isni), le collectif Santé en danger, le syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs (SNPHARE), Action praticiens hôpital (APH) et Avenir jeunes pharmaciens hospitaliers (AJPH) organisent une manifestation devant le ministère de la Santé ce samedi 4 décembre, à partir de 13h. Ces sept syndicats ont décidé de s’unir pour faire valoir leur opposition aux mesures coercitives de réquisition des soignants pour les fêtes de fin d’année et plus globalement, aux mesures toujours en décalage et non-adaptées à la réalité du terrain prises par le Gouvernement.  “Ce rassemblement signera le départ d’un mouvement qui ne fera que prendre de l'importance tout au long des semaines à venir si les urgences soulevées par les soignants de l’hôpital et de la médecine de ville ne sont pas prises en considération”, écrivent les syndicats dans un communiqué.   

     

Vignette
Vignette

Les négociations conventionnelles entre les médecins et l'Assurance maladie doivent-elles reprendre?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Oui

Pas de négociation , pas de convention . Pas de convention , les médecin ayant les patientèles les plus fragilisées et les patient... Lire plus

La sélection de la rédaction

Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17