Le Covid bouleverse la prise en charge de la douleur

21/10/2020 Par Brigitte Blond
Algologie
Plusieurs indicateurs sont en faveur de la persistance de douleurs, suite à une infection par le Sars-CoV-2. En outre les centres de traitement de la douleur ont été fortement impactés par la crise. La Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD) et la Fondation Apicil tirent le signal d’alarme*.

Selon l’enquête conduite sur l’état de la prise en charge de la douleur depuis le déclenchement du plan d’urgence sanitaire auprès des 243 structures spécialisées douleur chronique (SDC), près de la moitié des soignants ont changé de poste, et les deux tiers d’entre eux sur la base du volontariat. Beaucoup ont été impliqués dans de nouveaux dispositifs, des secteurs Covid, en première ligne, avec un grand nombre d’astreintes et de gardes. Télé et visioconférences ont été, à cette période, particulièrement précieuses. Autre enseignement de l’enquête, 70 % seulement des effectifs des SDC ont été reconstitués au cours de l’été 2020, et le déficit en psychologues et en infirmiers est désormais avéré. « Un dévissage des professionnels qui oblige à revoir le recrutement de ces structures », prévient le Pr Pierrick Poisbeau (CNRS/Institut des neurosciences cellulaires et intégratives, Strasbourg). A la fin de l’été, le délai pour une consultation spécialisée s’était allongé d’un mois, s’établissant à 4,3 mois. Des tensions d’approvisionnement en médicaments et dispositifs médicaux (pompes, analgésie, sédatifs, etc.) ont par ailleurs été notifiés, notamment pendant la crise. Douleurs neuropathiques et virus « Même si les données sont encore éparses en matière de douleur chronique, prévient le Pr Nadine Attal, responsable du Centre d’évaluation et de traitement de la douleur de l’Hôpital Ambroise Paré à Boulogne (92), l’infection Covid majore probablement les douleurs préexistantes et ce, pour plusieurs raisons : conséquences psychologiques du confinement, mais aussi arrêt de certains traitements (stimulation transcrânienne, rééducation, prise en charge psychologique, etc.) ». Le virus Sars-Cov-2 a également des effets propres sur le système nerveux, les douleurs post-Covid pouvant être des douleurs chroniques post-réanimation (après un séjour prolongé à l’origine d’une fonte et des contractures musculaires, de lésions des nerfs périphériques liées à la position allongée, etc.), des douleurs neuropathiques (notamment carentielles), un syndrome douloureux fibromyalgique… Les liens entre fibromyalgie et virus, tels que constatés avec le virus Epstein-Barr par exemple, expliqueraient ici aussi les douleurs diffuses chroniques observées au décours de l’infection. « On peut s’attendre encore, anticipe-t-elle, à des douleurs neuropathiques directement dues au virus en raison de son tropisme neurologique (anosmie, agueusie, céphalées, syndrome de Guillain-Barré, etc.) ». Des études sont en cours pour objectiver ces douleurs spécifiques, de suite de séjour en réanimation. Un enjeu de taille tout au long de cette crise, la continuité des soins, permise par les outils numériques qui devront être accessibles à l’avenir au plus grand nombre. « Reste à inventer la façon de conduire une consultation à distance, palpation et prise de pression artérielle comprises », souligne le Dr Radouhane Dallel, Unité Inserm 1107 Neuro-Dol.  

Expérimentation du cannabis thérapeutique

La Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD) participe à l’expérimentation dédiée au cannabis thérapeutique, autorisée depuis le 9 octobre, qui devrait débuter au 1er trimestre 2021. « Au moins 700 patients douloureux chroniques, sans doute ceux qui sont dans les files actives des SDC (50 d’entre eux), précise le Pr Attal, seront suivis pendant 6 mois, et le médicament sera testé sous différentes formes : gélules, formes sublinguales et fleurs séchées vaporisées ».
L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) passe en revue actuellement les fournisseurs, nécessairement des laboratoires. Plusieurs ratios en produits actifs seront utilisés, avec tétrahydrocannabinol (THC) ou cannabidiol (CBD) dominant, pour allier efficacité des THC et tolérance du CBD. « Des médicaments destinés en priorité donc aux patients les plus sévères, souffrant de lésions du système nerveux (SN) périphérique (zona, chirurgie, etc.) ou du SN central (SEP, post-AVC, etc.), réfractaires aux traitements de 1ère et 2ème intention, médicamenteux ou non, le critère primaire d’évaluation étant la faisabilité », ajoute le Pr Attal.
En plus des douleurs neuropathiques, indique l’ANSM, l’expérimentation vise les indications suivantes : certaines formes d’épilepsie sévères et pharmacorésistantes, les soins de support en oncologie et les situations palliatives.

    *En prélude au 20è Congrès de la SFETD du 18 au 20 novembre à Lille

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17