Jusqu'à 80 heures par semaine : les résultats alarmants de la dernière enquête sur le temps de travail des internes

Dévoilée lors de la 24e édition du congrès de l'Isnar-IMG à Rouen (Seine-Maritime), une nouvelle enquête révèle que le temps moyen de travail des internes s'élève à 59 heures hebdomadaires. Parmi les carabins interrogés, 10% affirment même travailler plus de 80 heures par semaine. Face à ce constat alarmant, les syndicats appellent, entre autres, à mettre fin au travail de 24 heures consécutives pour les internes.

01/03/2024 Par C. S.
Dévoilée lors de la 24e édition du congrès de l'Isnar-IMG à Rouen (Seine-Maritime), une nouvelle enquête révèle que le temps moyen de travail des internes s'élève à 59 heures hebdomadaires. Parmi les carabins interrogés, 10% affirment même travailler plus de 80 heures par semaine. Face à ce constat alarmant, les syndicats appellent, entre autres, à mettre fin au travail de 24 heures consécutives pour les internes.

Les droits des internes sont encore trop peu respectés. Et, en particulier, ceux liés à leur temps de travail. À l'occasion de la 24e édition de son congrès, consacrée à l'éthique en santé, l'Isnar-IMG a présenté, ce vendredi 1er mars, une nouvelle enquête sur le temps de travail des internes. Selon cette étude, réalisée conjointement par l'Isnar-IMG, l'Isni, la FNSIP-BM et le SNIO*, les futurs médecins travaillent en moyenne 59 heures par semaine lorsqu'ils sont en stage. 10 % des internes – toutes spécialités confondues - déclarent même dépasser les 80 heures de travail. Des chiffres bien loin de la limite légale, fixée à 48 heures hebdomadaires par le décret du 26 février 2015. Pas moins de 2 277 internes ont répondu à cette enquête entre le 18 septembre et le 30 octobre 2023. Parmi eux, 80% affirment dépasser le maximum légal de temps de travail. Ces chiffres, très élevés, se sont aggravés depuis les dernières enquêtes sur le sujet. En 2020, l'Isni établissait, en effet, à 58,4 heures par semaine le temps de travail moyen des internes en stage. Tandis qu'en 2021, une étude Opinion Way, réalisée à la demande du ministère des Solidarités et de la Santé, estimait à plus de 51 heures en moyenne le temps de travail hebdomadaire des apprentis médecins. 70% des internes interrogés dépassaient les 48 heures.  

La nouvelle enquête, présentée ce vendredi à Rouen devant un parterre de plus de 700 internes, met en avant des disparités entre les spécialités. En effet, si "les internes de médecine générale travaillent en moyenne 50 heures hebdomadaires", note l'étude, ceux des spécialités chirurgicales peuvent atteindre "75 heures par semaine". Les carabins des autres spécialités médicales, comprenant notamment la rhumatologie, la cardiologie, la gériatrie et la neurologie, plafonnent à une moyenne de 58 heures hebdomadaires.

Source : Enquête "Temps de travail 2023",  Isnar-IMG, Isni, FNSIP-BM et SNIO.

Si les spécialités chirurgicales sont celles où les internes dépassent le plus le cas le cadre légal, elles sont suivies par la gynécologie obstétrique, la spécialité "ORL – chirurgie cervico-facile", la réanimation, la médecine cardiovasculaire et la néphrologie. À l'exception de la médecine du travail, de celle nucléaire et de la santé publique, les chiffres des trente autres spécialités "sont tous supérieurs à la limite légale du temps de travail", souligne l'enquête.

Source : Enquête "Temps de travail 2023,  Isnar-IMG, Isni, FNSIP-BM et SNIO.

  Cette dernière met également en lumière que le temps qu'un interne "passe dans son stage n'est pas intégralement dédié 'au lit des malades'". Les apprentis médecins passent, en effet, de nombreuses heures à tenir les dossiers médicaux des patients, à rédiger des courriers ou à prendre des rendez-vous, liste l'enquête. Au total, 41% du temps de travail hebdomadaire des internes est consacré à de l'extra-médical. 10% des répondants déclarent même y consacré plus de 70% de leur temps, indique l'étude.   Un manque de respect des repos obligatoires Des chiffres alarmants pour les syndicats étudiants. Ce large temps accordé aux taches non-médicales "est ressenti par l'interne comme étant [en dehors] de son travail et des prérogatives", a avancé Guillaume Bailly, président de l'Isni, présent lors de la présentation de l'enquête. "C'est ce qui fait qu'un nombre non négligeable de jeunes ne se retrouvent plus dans leur métier. Il faut [donc] s'interroger sur le temps de travail des internes, mais aussi sur comment mieux travailler" lors des stages, a-t-il ajouté.   Au-delà du temps de travail, les repos de sécurité des internes ne sont pas assez respectés. Depuis 2002, ces périodes de pause de 11 heures doivent obligatoirement être prises par les étudiants à l'issue d'une garde ou d'une demi-garde de nuit. En pratique, le respect de ce repos reste mitigé. "En 2023, ce repos semble être désormais acquis pour la plupart des gardes, puisque 84% des internes déclarent en bénéficier systématiquement", indique l'étude. Toutefois, ce chiffre tombe à 43% pour une demi-garde de nuit, et même à 25% après le dernier déplacement d'une astreinte de nuit. "Cela illustre que la pénibilité induite, par les demi-garde de nuit [notamment], n'est pas assez reconnue dans nos stages", a analysé Julien Monje, vice-président de l'Isnar-IMG, ce vendredi.

La question du respect des repos compensateurs est, elle aussi, centrale. Ces derniers, qui prennent la forme de demi-journées de récupération, doivent être pris par les internes au cours d'un semestre lorsqu'ils dépassent huit demi-journées de travail hebdomadaires. Comparables à des RTT, ces périodes de repos ont été "introduite[s] en 2015 et ser[vent] à récupérer tout dépassement de nos temps de travail", a expliqué Julien Monje, au public réuni au cœur du Parc des expositions de Rouen. Là encore, les droits des étudiants en troisième cycle de médecine ne sont pas assez respectés, puisque 57% d'entre eux ne prennent jamais de repos compensateur pour leur temps de travail excédentaire, note l'enquête. Parmi les éléments expliquant ces chiffres, la trop grande absence des tableaux de service nominatifs prévisionnels. Obligatoires, ils sont censés garantir l'équilibre de temps de travail des internes. Ils ne sont pourtant pas mis en place ou non utilisés pour au moins 50% des internes.   Mettre fin aux gardes de 24 heures consécutives Pour une large majorité des carabins, la médecine est "une vocation". Cette dernière est à la fois "notre plus bel allié, et notre pire ennemi". À cause d'elle, "on peut se sentir en quelque sorte obligé de rester de manière supplémentaire [pendant un stage], parce que l'on ne veut pas abandonner un patient […] De manière instinctive et naturelle, on peut rester une heure de plus [sur place], car on peut se sentir un peu coupable" de partir, a tenu à glisser Guillaume Bailly, président de l'Isni, présent lors de la présentation de l'enquête. Les textes officiels sont, eux, censés éviter les dérives. Face à leur trop faible application, et aux chiffres accablants qui en découlent, les représentants des internes appellent à réagir. "Il va nous falloir poursuivre [le] combat pour se voir appliquer nos droits, et plus encore, pour en conquérir de nouveaux", a maintenu Julien Monje. Parmi les priorités, les représentants des étudiants demandent à ce que soit définit, dans les textes réglementaires, "l'amplitude horaire maximale" d'une demi-journée, afin de mettre fin au flou qui persiste autour de ces périodes de travail.

Concernant le trop faible recours aux tableaux de service durant les stages, ils proposent que l'état des lieux annuel de l'application de la réglementation autour de ces tableaux soit "transmis au directeur régional de l'Agence régionale de santé de la subdivision" des internes, "afin de sanctionner les terrains de stages ne faisant pas respecter le temps de travail réglementaire", soutiennent les syndicats, dans leur enquête. L'Isnar-IMG, l'Isni, la FNSIP-BM et le SNIO appellent également à mettre fin au travail de 24 heures consécutives des internes. "Nous pensons que le prochain droit à conquérir est la fin de l'obligation à travailler 24 heures consécutives", a lancé Julien Monje, sous les applaudissements des 700 internes réunis devant lui. Pourquoi une telle demande ? "Parce que c'est dangereux pour les patientes et les patients, a détaillé le vice-président de l'Isnar-IMG. Mais aussi, car c'est dangereux pour les internes, et même plus largement pour les médecins". Plutôt que 24 heures, "nous demandons donc à ne plus être mis dans l'obligation de travailler plus de 18 heures consécutives, et à avoir la possibilité d'une demi-journée de repos pré-garde avant toute nuit de travail". Des demandes nécessaires, selon les syndicats, pour protéger les internes, et enfin garantir le respect de leurs droits.   *L’Intersyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale, l’Intersyndicale Nationale des Internes, la Fédération Nationale des Syndicats d’Internes en Pharmacie et Biologie Médicale et le Syndicat National des Internes en Odontologie.

Vignette
Vignette

Lapins : médecin, serez-vous disposé à prendre l'empreinte bancaire des patients pour prélever les 5 euros de pénalité?

Georges Fichet

Georges Fichet

Oui

Quand vous achetez un billet pour un spectacle et que vous n'y allez pas pour une raison ou pour une autre, pouvez-vous vous le fa... Lire plus

70 commentaires
3 débatteurs en ligne3 en ligne
Photo de profil de Michael Finaud
2,6 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 1 mois
J'ai commencé en 1978 mon premier Internat dans un petit Hôpital de proximité d'une ville de 50 000 habitants sans passer par un concours, les postes étaient offerts aux étudiants de fin d'études , j...Lire plus
Photo de profil de Paddy De Metz
122 points
Débatteur Renommé
Psychiatrie
il y a 1 mois
Une loi de 2015 sur le temps de travail non respectée, des réquisitions non légales dans le fond (ce sont les PH qui doivent être réquisitionnés et non les internes) comme dans la forme (réquisition p...Lire plus
Photo de profil de Pierre Caro
1,4 k points
Débatteur Passionné
Anesthésie-réanimation
il y a 1 mois
Nous sommes effectivement encore hors des clous avec de très grandes disparités selon les spécialités. Je ne serai pas si négatif en revanche car, encore interne il y a deux ans, il faut reconnaître ...Lire plus

La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9