Un médecin menacé de mort après avoir remis en question les études du Pr Raoult sur l’hydroxychloroquine  | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Un médecin menacé de mort après avoir remis en question les études du Pr Raoult sur l’hydroxychloroquine 

Un médecin du CHR de Metz-Thionville a été harcelé et menacé de mort sur les réseaux sociaux après avoir publiquement douté de l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans la prise en charge des malades du Covid.  

 

Depuis plusieurs années, le Dr Damien Barraud, médecin réanimateur au CHR de Metz se bat contre “les études [médicales, NDLR] qui ne sont pas fiables”. Au cœur de la première vague de Covid, alors que le Pr Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée assure que l’hydroxychloroquine est un traitement à prendre en compte dans la prise en charge des malades du Covid, le médecin s’oppose à lui. “Rien de ce qu’il a produit ne peut confirmer ce qu’il raconte. Ses études ne sont pas fiables. La méthodologie est insuffisante. À tel point que l’Agence nationale de sécurité du médicament lui a accordé une autorisation pour sa première étude mais lui a refusé les suivantes. Il s’est alors inventé un comité d’éthique IHU…”, raconte-t-il au Républicain Lorrain.  

Le médecin reconnaît avoir pu être “virulent” sur Twitter notamment dans ses critiques envers l’infectiologue. Il assure d’ailleurs que l’IHU avait annoncé son intention de porter plainte contre lui, mais aucune plainte n’a encore été déposée.  

Sur les réseaux sociaux cependant, le médecin a été violemment attaqué. “Un tombereau d’insultes, des menaces de mort, sous pseudos. Du style “On va te retrouver” ou “Personne ne court plus vite qu’une balle”. L’un d’eux a écrit que j’étais le tueur de Metz, a mis ma photo à côté de celles de Heaulme, Lelandais ou encore Landru…”, dévoile le praticien, qui utilisait d’abord un pseudo en ligne avant de dévoiler son identité.  

Il a donc décidé de porter plainte en justice, bien que Twitter n’a pour l’instant pas levé l’identité des personnes le harcelant en ligne. Son avocat vient de déposer une nouvelle plainte auprès du parquet de Nancy. “Nous avons fait constater ces intimidations, ce harcèlement et ces menaces de mort avec trois constats d’huissier. Twitter et les réseaux sociaux ne peuvent pas être une zone de non-droit et échapper à la justice”, estime Me Frédéric Berna.  

[avec le Républicain Lorrain]  

22 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…