Prise en charge à 100% pour une consult de dépistage des cancers du sein et de l'utérus à 25 ans

30/10/2017 Par Sandy Bonin
Assurance maladie / Mutuelles

L'Assemblée a voté vendredi la prise en charge à 100% par l'assurance maladie d'une consultation unique de prévention des cancers du sein et du col de l'utérus pour les assurées de 25 ans, via un amendement gouvernemental au PLFSS 2018.

"Les jeunes femmes doivent être sensibilisées le plus précocement possible aux facteurs de risque de ces cancers et à l'intérêt du dépistage, celles qui ont des facteurs de risque aggravés, souvent familiaux, doivent être identifiées le plus tôt possible. C'est une attente forte, remontée lors de la consultation citoyenne de 2016", a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn, ex-présidente de l'Institut national du cancer et hématologue. Cela s'inscrit dans "la priorité que j'accorde à la prévention et aux jeunes dans la future stratégie nationale de santé", a précisé la ministre. A leur 25ème anniversaire, les femmes seront invitées à une consultation pour la prévention des cancers du sein et du col de l'utérus, prise en charge totalement, pour "sensibiliser le plus en amont possible à l'intérêt et aux modalités de dépistage et de suivi de ces cancers, selon les antécédents et les facteurs de risque personnels", prévoit la mesure. L'objectif est de "lever les éventuels freins financiers et de garantir un égal accès des jeunes femmes à cette consultation de prévention", qui "sera mise en œuvre sur la base des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS)", selon l'exposé de la mesure. Première cause de mortalité par cancer chez la femme, avec 49.000 nouveaux cas et près de 12.000 décès par an, le cancer du sein est néanmoins guéri dans 9 cas sur 10 s'il est détecté tôt, souligne le gouvernement. Le cancer du col de l'utérus compte 3.000 nouveaux cas par an et provoque plus de 1.000 décès par an. [Avec AFP]

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17