L'Assurance maladie veut conditionner le conventionnement des futurs kinés à deux ans d'exercice en zone sous-dense

05/12/2022 Par Aveline Marques
Assurance maladie / Mutuelles Paramédicaux
A l'issue d'une ultime séance de négociations le 30 novembre, la Cnam a soumis sa proposition finale d'avenant 7 aux syndicats représentatifs des masseurs-kinésithérapeutes. Outre la régulation à l'installation en zone sur-dotée, l'Assurance maladie veut conditionner l'accès au conventionnement à un exercice de deux ans en zone sous-dotée ou en établissement de santé.
 

Mercredi 30 novembre s'est tenue la 7e et dernière séance de négociations conventionnelles entre l'Assurance maladie et les trois syndicats représentatifs des masseurs-kinésithérapeutes (SNMKR, FNMKR, Alizé kinés). Dans sa proposition finale pour l'avenant 7, la Cnam renforce la régulation à l'installation. La caisse propose ainsi d'étendre le périmètre des zones sur-denses, au sein desquelles l'installation est conditionnée par le principe "un départ pour une arrivée" : elles couvriraient désormais 30% du territoire, contre 12.5% actuellement.

La Cnam va plus loin en souhaitant conditionner le conventionnement à l’exercice durant deux ans dans une zone sous-dense (30% du territoire) ou dans un établissement de santé. Une mesure qui s'appliquerait aux étudiants entamant leur cursus à la rentrée 2023.   Renouvellement d'ordonnance Par ailleurs, l'avenant 7 vise la mise en place du télésoin, et permet aux kinés de renouveler des ordonnances de moins d'un an, et d'adapter des prescriptions dans le cadre de ces renouvellements. Des revalorisations tarifaires sont proposées et deux actes sont créés : repérage de la fragilité chez les personnes âgées, acte de rééducation à destination des enfants présentant une paralysie cérébrale ou un polyhandicap. Les syndicats SNMKR et Alizé ont décidé de soumettre cette proposition aux votes de leurs adhérents.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17