"Sale autiste", "sale schizophrène" : un psychiatre appelle à ne plus utiliser les troubles psy comme insultes

07/03/2024 Par C.S.
Le Dr Hugo Baup, psychiatre au CH de Perigueux (Dordogne), appelle à ne plus "utiliser les troubles psychiatriques comme des insultes". Dans une pétition, lancée fin février, le praticien demande à ce que les noms des maladies psychiques soient utilisés correctement dans l'espace public, et en particulier par les hommes et les femmes politiques. Il propose de punir par la loi de telles insultes.

Le 25 février dernier, dans les allées du Salon de l'agriculture, Jordan Bardella, président du Rassemblement national, n'a pas hésité à traiter Emmanuel Macron de "schizophrène". Des propos que ne supporte plus le Dr Hugo Baup. Ce psychiatrie, exerçant au centre hospitalier de Périgueux (Dordogne), appelle les politiques à "arrêter d'utiliser les troubles psychiques comme des insultes". "De la même manière qu’on ne dit plus 'sale noir' ou 'sale homosexuel', j’aimerais qu’on ne puisse plus dire non plus 'sale autiste' ou 'sale schizophrène' !", développe le praticien, interrogé par Le Parisien. Pour faire entendre sa voix, le psychiatre a lancé fin février une pétition, déjà signée par près de 1 930 personnes. "Les troubles psychiques et neuro-développementaux concernent plus de 20% de la population, soit treize millions de personnes en France, écrit le Dr Hugo Baup. Schizophrénie, trouble bipolaire, troubles du spectre de l’autisme, dépression, TDAH [sont] autant de troubles qui deviennent bien trop souvent des insultes notamment dans la bouche des politiciens pour discréditer leurs adversaires, pointer l’aspect paradoxal d’un propos ou tout simplement psychiatriser le camp d’en face".

  Malgré une récente prise de conscience de la population sur la question de la santé mentale, les dérapages, notamment ceux des hommes et femmes politiques, persistent. En mars 2017, sur France 2, François Fillon – alors candidat à la présidentielle – n'avait pas hésité à lâcher : "Je ne suis pas autiste". "Il faut être malade mental pour faire ça", avait lancé, trois ans plus tôt, Jacques Attali en parlant de Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, qu’il avait enregistré à son insu, rappelle Le Parisien.

Pour le Dr Baup, "les médias ont aussi leur part de responsabilité, n’hésitant pas à titrer régulièrement 'la schizophrénie de la France' pour souligner tel ou tel paradoxe sociétal", insiste-il, exprimant sa "colère". Au nom des "professionnels de santé, usagers, familles, enseignants [et] représentants des milieux associatifs et médico-sociaux", le psychiatre demande "que les noms des maladies psychiques soient correctement utilisés dans l'espace public". Au même titre que les insultes racistes ou homophobes, il demande à ce que celles sur "les troubles psychiques ou neurodéveloppementaux" soient punies par la loi. "La stigmatisation, comme une seconde maladie, freine voire empêche le rétablissement des personnes et peut aggraver [ou] déclencher des idées suicidaires".     [avec Le Parisien]

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17