Certificats de virginité : "Punir les médecins ne résoudra pas le problème du séparatisme" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Certificats de virginité : "Punir les médecins ne résoudra pas le problème du séparatisme"

Dans le cadre du projet de loi contre les séparatismes, le Gouvernement a fait savoir qu’il comptait mettre fin à la pratique controversée des certificats de virginité, qui constitue pour l’exécutif "une violation du respect de la personnalité et de l’intimité de la jeune femme contrainte par son entourage de s’y soumettre". Il envisage ainsi de sanctionner les médecins qui délivrent ces certificats. Ces derniers encoureront une amende de 15.000 euros et une peine d’un an d’emprisonnement. “Une mesure qui n’aura aucun impact”, juge de son côté le Dr Ghada Hatem-Gantzer, gynécologue et fondatrice de la maison des femmes de Saint-Denis. Pour Egora.fr, la praticienne explique en quoi cette interdiction serait davantage “une perte de chance” pour ses patientes et pour quelles raisons elle continuera de leur en délivrer.

 

Egora.fr : Punir les médecins permettrait il véritablement de changer les choses ?

Dr Ghada Hatem-Gantzer : La réponse est évidemment non. Cela ne va en aucun cas changer quelque chose dans la société. Ça ne va pas faire en sorte que les parents qui sont dans ces exigences-là deviennent modernes et ouverts d’esprit. Par contre, cela va supprimer à ces jeunes filles, des possibilités d’aller discuter avec des professionnels qui peuvent leur apporter des réponses, les aider à réfléchir, à décider de certaines choses pour elles-mêmes. C’est à mon sens plutôt une perte de chance pour ces femmes qu'un grand geste pour la laïcité, l'intégration et la lutte contre le séparatisme.

Je pense que ces consultations sont aussi de la prévention, quoi qu’on en dise. Or on ne peut pas faire de prévention si on ne peut pas discuter. Il faut avoir ces jeunes filles devant soi, pouvoir leur parler en toute franchise, et leur expliquer pourquoi on pense, par exemple, qu’il est dommage d’épouser un garçon qui exige que vous soyez vierge; parce qu’en général, il va exiger plein d’autres choses, mais il ne vous le dit pas tout de suite.

 

Vous considérez par ailleurs que ces examens ne prouvent pas la virginité d’une femme…

Déjà ça ne veut rien dire être vierge. Bien sûr, examiner une femme ne permet pas du tout de prouver sa virginité. Il y a des tas de choses qui font que votre hymen peut être un peu plus élastique, un peu moins tendu que celui de votre voisine. Vous pouvez tout à fait ne pas saigner pendant votre premier rapport. C’est le cas une fois sur deux. Donc attendre de cela des réponses est complètement débile.

L’hymen est un fantasme. La virginité, c’est pareil, chacun y met ce qu’il veut : est-ce qu’une jeune fille qui a déjà des rapports anaux est vierge ? Je ne crois pas. Mais beaucoup de femmes s’obligent à avoir une sexualité anale pour conserver leur hymen. Dans le Maghreb, les filles ont l’impression, complètement illusoire, que si elles ont une sexualité uniquement anale, elles sont vierges. Alors oui la première personne à entrer dans leur vagin sera bien la première personne à entrer dans leur vagin. Mais sont-elles vierges pour autant ?

 

Qui sont ces jeunes femmes qui viennent vous voir pour demander des certificat?

Les filles qui viennent sont dans des situations familiales complexes, et donc elles ont...

31 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…