Vaccination : pour le directeur de Doctolib, "le Gouvernement ne se repose pas assez sur les médecins de ville" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccination : pour le directeur de Doctolib, "le Gouvernement ne se repose pas assez sur les médecins de ville"

La campagne de vaccination s'accélère, mais elle pourrait aller encore plus vite si elle reposait davantage sur les professionnels de ville, a estimé Stanislas Niox-Chateau, directeur général de la plateforme Doctolib, chiffres à l'appui : seules 15% des injections sont réalisées dans les cabinets et officines alors que 73% des stocks d'AstraZeneca seulement sont écoulés.
 

Avec 21% de la population adulte qui a reçu au moins une dose au 27 avril et un rythme journalier de 450 000 injections, la campagne de vaccination française est enfin  sur les rails. "450 000 par jour, c'est deux fois plus que début mars et quatre fois plus que début février", a souligné Stanislas Niox-Chateau, fondateur et directeur général de Doctolib, lors d'une conférence de presse organisée ce mercredi 28 avril à l'occasion du lancement d'une plateforme de data sur la vaccination. Objectifs de #DefiVaccination : lutter contre la "désinformation" sur les rendez-vous non pris et autres mythes sur les créneaux disponibles (entre 200 et 250 000 rendez-vous sont mis à disposition et pris chaque jour), et  "communiquer sur ce que la France fait bien ou ne fait pas bien".

En l'occurrence, les Gaulois n'ont plus à rougir de leurs performances vis à vis de leurs voisins anglais. Le rythme quotidien d'injections est désormais le même dans les deux pays, mais "les Anglais sont à ce rythme depuis mi-janvier", relève le fondateur de Doctolib, et 50% d'entre eux ont d'ores et déjà reçu une dose. La mobilisation des soignants français et des collectivités n'est pas en cause : le Royaume-Uni a simplement été mieux approvisionné en doses d'AstraZeneca et a tout misé sur les premières injections, en espaçant davantage les secondes, analyse Stanislas Niox-Chateau. La France a donc "deux mois de retard", mais ces dernières semaines, "la dynamique est très positive".

Du côté des centres de vaccination français, on ne peut guère faire mieux, étant donné les tensions qui persistent sur les doses de Pfizer et Moderna, relève-t-il : plus de 90% du stock de vaccins ARNm est écoulé. Les quelque 1800 centres de vaccination tournent à plein régime, réalisant 85% du nombre total d'injections. En ville, en revanche, la vaccination avec AstraZeneca plafonne à 40-50000 injections par jour, "très en dessous de ce que l'on pourrait faire", étant donné que seuls 73% des doses livrées à la France ont été utilisées. Le directeur de Doctolib estime que l'on pourrait réaliser 50 à 100 000 vaccinations supplémentaires par jour avec AstraZeneca dans les cabinets et les officines. 

Pourtant, les professionnels de ville sont toujours rationnés : médecins, infirmiers et sages-femmes (nouvelles venues dans la campagne) ne pourront commander qu'un flacon de 10 doses chacun cette semaine, tandis que les pharmaciens en auront... deux. Pas de quoi exploser les records. "L'adhésion" de la population au vaccin anglo-suédois est certes un problème majeur, qui nécessite que...

6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…