Pénurie de vaccins contre la polio : l’OMS recommande de fractionner les doses

02/05/2017 Par Marielle Ammouche
Santé publique

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur la pénurie de vaccins contre la poliomyélite dans le monde et recommande de fractionner les doses pour continuer à immuniser le plus grand nombre d'enfants possibles. "Nous avons un problème avec le vaccin car il n'y en a pas assez", a expliqué Alejandro Cravioto, président du groupe stratégique consultatif d'experts sur la vaccination (Sage) de l'OMS, lors d'une conférence de presse téléphonique à l'issue d'une réunion de deux jours. "Mais les récentes indications montrent que même en injectant une dose réduite du vaccin dans la peau plutôt que dans le muscle, il est possible d'avoir le même niveau de protection qu'auparavant", a-t-il dit. Dans leurs conclusions, les experts recommandent deux injections intradermiques du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI), à 6 semaines et 14 semaines après la naissance, au lieu d’une injection intramusculaire. L'injection intradermique permet de « réduire le volume » de vaccin nécessaire, a précisé à l'AFP le Dr Philippe Duclos de l'OMS. Deux sociétés fabriquent le VPI, le groupe français Sanofi et le fabriquant Serum Institute of India, mais des « problèmes » au niveau de la production ont engendré un "manque de disponiblité du vaccin", a-t-il dit, indiquant qu'il s'attendait à ce que "tout soit réglé d'ici fin 2018". Grâce à la vaccination de masse, les infections par le virus de la polio sont devenues rares : seules 8 personnes ont été infectées, au cours des six derniers mois, en Afghanistan et au Pakistan. Le groupe d'experts de l'OMS a par cependant estimé vendredi qu'une fois que la polio sauvage sera éradiquée, il faudra continuer à vacciner avec le VPI pendant au moins dix ans pour éviter le retour de la maladie.  

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17