Les labos pris d’assaut alors que la France franchit la "barre historique" des 900.000 tests par semaine

31/08/2020 Par Marion Jort
Politique de santé
La semaine dernière, la France a dépassé la barre des 900.000 tests par semaine s’est félicité le porte-parole du Gouvernement Gabriel Attal sur RTL alors que les laboratoires sont pris d’assaut par les patients en cette rentrée.  

Invité du Grand Jury RTL, Le Figaro et LCI dimanche 30 août, le porte-parole du Gouvernement Gabriel Attal a annoncé que la France avait franchi “la barre historique” des 900.000 tests réalisés en une semaine. Un chiffre proche de l'objectif annoncé par Olivier Véran lors de sa conférence de rentrée, qui souhaite atteindre les un million de tests par semaine.  

Gabriel Attal a également annoncé la mise en place d’espaces de dépistages supplémentaires, comme à Paris où des barnums vont être installés. "On va continuer à développer les capacités de tests sans prescription, sans ordonnance, dans l'espace public (...) On a aujourd'hui en moyenne 30.000 nouveaux cas (de nouveau coronavirus) par semaine. Il y a un effet loupe parce qu'on teste beaucoup plus et c'est heureux (...), mais il n'y a pas qu'un effet loupe", a-t-il souligné, invitant à "être extrêmement vigilants". "Le message du gouvernement, c'est que tout est entre nos mains et entre nos masques". 

Depuis quelques jours pourtant, les laboratoires sont pris d’assaut, entraînant un temps d’attente et des délais pour les résultats très longs. Queue de 300 mètres de long à l’ouest de Paris, attente de plus de 3 heures dans la capitale avant de pouvoir voir l’infirmière… L’AFP relate également l’histoire de patients venus dès 7h30 devant les laboratoires avec tabourets et thermos. “J'attends depuis 2H15. Je me suis cassé les dents sur deux laboratoires qui n'avaient plus de place en rendez-vous avant le 10 septembre. Pareil sur le site Doctolib”, témoigne par exemple l’une d’elle, devant subir une opération sous peu.  

France Bleu Nord relate également les subterfuges utilisés par des patients pour éviter les files d’attentes qui ne font que grossir. Devant le choix fait par certains laboratoires de Lille de “trier” les patients prioritaires pour le dépistage (patients présentant des symptômes ou étant cas contact), ils n’hésitent pas à mentir au téléphone : "Ils toussent au téléphone en disant qu'ils ont des symptômes, et quand ils arrivent on s'aperçoit qu'ils se font dépister pour partir en voyage. Ils prennent la place d'un malade, c'est une forme d'égoïsme”, témoigne un médecin biologiste.  

Cette attente serait due, selon une infirmière, à un “manque de réactifs”. Situation qui serait la même pour tous les pays du monde.  

[avec AFP et France Bleu Nord

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17