avion

En situation irrégulière, le psychiatre de l'hôpital de Millau expulsé de France

Malgré la mobilisation de ses collègues, le psychiatre tunisien de l'hôpital de Millau (Aveyron) a été contraint de quitter la France. Il laisse seuls deux praticiens pour gérer l'ensemble des patients du service psychiatrique de l'établissement. 

11/06/2024 Par Chloé Subileau
Padhue
avion

Il a quitté la France le vendredi 31 mai. Malgré la mobilisation de ses collègues de l'hôpital de Millau, le psychiatre d'origine tunisienne – sous le coup d'une obligation de quitter le territoire (OQTF)– a été contraint de partir. Ce praticien laisse seuls le Dr Jean-Dominique Gonzalez, chef du pôle psychiatrie de l'établissement, et un autre médecin à diplôme étranger.

Une épreuve pour le Dr Gonzalez, qui exerce depuis plus de 40 ans. "On avait essayé des solutions depuis un mois, et je me suis dit que l’on était dans un monde de fous", a-t-il expliqué à Libération. On est là, dans un combat juridique, à chercher des solutions, alors que notre travail, c’est le soin […] Mais où est-on ? Car ce sont quand même les autorités de tutelle qui devraient faire quelque chose, c’est la préfecture qui devrait trouver une solution. Face à cette intransigeance, ma passion dans le service public s’est cassée. Cela m’a provoqué un effondrement intérieur, ce que je n’avais jamais connu."

 

"Nous sommes obligés de passer notre temps à rassurer les usagers"

Le chef de service est désormais en arrêt maladie. Il n'y a donc plus qu'un praticien en poste dans le pôle psychiatrie de l'hôpital. Une situation très complexe : "Dès vendredi 31 mai au soir nous avons réuni une cellule de crise au centre hospitalier de Millau pour trouver des solutions à un accompagnement psychiatrique public dans le Sud Aveyron", a indiqué Emmanuelle Gazel, maire de la ville, dans les colonnes du Midi Libre.

Depuis, "le service [a été] réorganisé avec, donc, un seul médecin […] Le nombre de lits d'hospitalisation a été diminué, nous ne prenons plus de nouveaux patients et nous sommes obligés de passer notre temps à rassurer les usagers", a détaillé une infirmière de l'hôpital de Millau, interrogée par nos confrères.

Ces dernières semaines, les soignants de l'établissement millavois se sont mobilisés pour demander le maintien en poste du psychiatre d'origine tunisienne, qui exerçait depuis 18 mois à l'hôpital de Millau. Ils craignaient que le départ de ce dernier entraîne "un risque de rupture réel [du] suivi au long cours des patients", et ne pèse de façon démesurée sur les deux praticiens. Des craintes qui semblent aujourd'hui se vérifier.

[avec Libération et Midi Libre]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

2 commentaires
14 débatteurs en ligne14 en ligne
Photo de profil de A Z
62 points
il y a 1 mois
Erreur grossière : Le médecin en question n'était pas en situation irrégulière mais s'est vu refusé sa demande de renouvellement de titre de séjour avec dans la foulée un OQTF. Il a justement refusé d...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17