Dépenses publiques : 30 milliards d'économies d'ici à 2025

07/03/2024 Par Sandy Bonin
Economie
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et Thomas Cazenave, ministre délégué aux Comptes publics, ont annoncé mercredi 6 mars devant les parlementaires un plan d'économies de 10 milliards d'euros en 2024 sur les dépenses de l'Etat. Ils ont également annoncé un nouveau serrage de vis de 20 milliards d'euros supplémentaires en 2025, visant les autres dépenses publiques. 

 

"Ça n'est jamais agréable ni sympathique" de couper dans le budget de l'État, mais "c'est tout simplement nécessaire", a affirmé devant la commission des Finances de l'Assemblée le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, auditionné avec son ministre délégué aux Comptes publics pendant cinq heures au total par les commissions des deux chambres. 

Ils étaient invités à justifier le plan d'économies annoncé à la télévision sans préavis le 18 février par Bruno Le Maire, et concrétisé quatre jours plus tard par un simple décret au Journal officiel. Le même jour, le ministre de l'Economie avait annoncé une révision à la baisse de la prévision de croissance pour cette année, de 1,4% à 1%, à peine deux mois après l'adoption du budget. 

L'objectif d'un déficit public à 4,9% en 2023 est devenu caduc, et pour ne pas trop s'éloigner des 4,4% prévus en 2024, "il était indispensable de réagir vite et de réagir fort", a soutenu Bruno Le Maire. D'autant que dans quelques semaines, les agences de notation se prononceront sur le cas de la France. 

Les "12 milliards", puis "au moins 12 milliards" d'économies pour 2025 que le Gouvernement annonce depuis septembre sont devenus mercredi "au moins 20 milliards". Les ministres ont ainsi évoqué les revues de dépenses publiques actuellement lancées pour chercher ces économies, citant "les aides aux entreprises, les dispositifs médicaux", qui étaient déjà connues, mais aussi "les dispositifs en faveur de la jeunesse, les politiques de l'emploi, la formation professionnelle, les affections de longue durée, les aides au secteur du cinéma, l'absentéisme dans la fonction publique, la loi de programmation militaire, les dépenses immobilières des ministères". 

Contrairement aux 10 milliards d'euros de restriction en 2024, qui ne pèsent que sur le budget de l'Etat, cette fois "tout le monde devra participer", a lancé Bruno Le Maire. Il a surtout visé les dépenses de Sécurité sociale, qui constituent la moitié de la dépense publique. 

Dans son viseur, les transports médicaux de malades, qui coûtent 5,7 milliards d'euros chaque année, ou le fait que la protection sociale soit "intégralement financée par ceux qui travaillent".  

[Avec AFP] 

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

5 commentaires
2 débatteurs en ligne2 en ligne
Photo de profil de M A G
2,8 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 4 mois
J'aimerais voir comment il va se prendre pour limiter les transports… Cela ne peut pas se faire sans remettre en cause la pertinence des consultations /examens qui nécessitent ces transports. Examen...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 4 mois
et pourquoi pas 100 milliards? l'état perçoit les cotisations,et ne rembourse rien cf les 20 milliards de2024 MA PRIME RENOV' divisée par 2 ceux qui vont s'engager dans l'aventure vont avoir des s...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 4 mois
et s'il y a 1 autre pandémie?...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17